Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:42
Spi Spigsea shared Peugeot's photo.
Repost 0
Published by Spi Spigsea
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:38
Spi Spigsea shared Citroën's album.
Repost 0
Published by Spi Spigsea
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:37
Spi Spigsea shared Peugeot's album.
Repost 0
Published by Spi Spigsea
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:31

MARS 2014

 

(VP) Voitures particulières : + 8,9 % / + 8,9 % * En mars 2014, avec 179 871 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en hausse de 8,9 % en données brutes et de 8,9 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à mars 2013 (21 jours en mars 2014 et 21 jours en mars 2013). La part diesel représente 65,7 % du marché (68,7 % au mois de mars 2013).

 

(VUL) Véhicules utilitaires légers : + 1,6 % / + 1,6 % * Avec 33 405 immatriculations au mois de mars 2014, le marché français des véhicules utilitaires légers neufs (moins de 5,1 tonnes) est en hausse de 1,6 % en données brutes et de 1,6 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à mars 2013.

 

(VP + VUL) Véhicules légers : + 7,7 % / + 7,7 % * 213 276 véhicules légers neufs (voitures particulières et véhicules utilitaires légers de moins de 5,1 tonnes) ont été immatriculés en mars 2014, soit une hausse de 7,7 % en données brutes et de 7,7 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à mars 2013.

 

(VI) Véhicules industriels : - 8,8 % Avec 3 242 immatriculations au mois de mars, le marché français du véhicule industriel de plus de 5 tonnes est en baisse de 8,8 % par rapport à mars 2013.

 

3 MOIS 2014 (janvier à mars)

 

(VP) Voitures particulières : + 2,9 % / + 2,9 % * Sur les trois premiers mois de 2014, avec 446 615 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en hausse de 2,9 % en données brutes et de 2,9 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à la même période de 2013 (63 jours de janvier à mars 2014 et 63 jours de janvier à mars 2013). La part diesel représente 65,1 % du marché (69,3 % de janvier à mars 2013).

 

(VUL) Véhicules utilitaires légers : - 1,6 % / - 1,6 % * Avec 91 014 immatriculations de janvier à mars 2014, le marché français des véhicules utilitaires légers neufs (moins de 5,1 tonnes) est en baisse de 1,6 % en données brutes et de 1,6 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à la même période de 2013.

 

(VP + VUL) Véhicules légers : + 2,1 % / + 2,1 % * 537 629 véhicules légers neufs (voitures particulières et véhicules utilitaires légers de moins de 5,1 tonnes) ont été immatriculés au cours des trois premiers mois de 2014, soit une hausse de 2,1 % en données brutes et de 2,1 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à la même période de 2013.

 

(VI) Véhicules industriels : + 6,2 % Avec 10 670 immatriculations de janvier à mars 2014, le marché français du véhicule industriel de plus de 5 tonnes est en hausse de 6,2 % par rapport à la même période de 2013.

 

 

Repost 0
Published by deleguespi - dans actualité
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 14:17

Le nouveau président du directoire de PSA, Carlos Tavares, explique qu’il faut renforcer la culture du profit dans l’entreprise. « Il y a eu parfois une trop forte obsession de la part de marché. Or, la part de marché est intéressante uniquement si elle est rentable. L’ouverture du capital ne résout pas le problème fondamental de rentabilité, mais va nous aider à y parvenir. C’est justement l’objectif du plan Back in the race, qui doit nous faire basculer durablement dans le cercle vertueux d’une marge positive », détaille-t-il.

 

Citroën dévoilera au Salon de Pékin le DS 6WR, un véhicule de loisir de haut de gamme directement inspiré du concept Wild Rubis. Le premier SUV de la marque DS « est une étape de plus dans le développement de DS en Chine et à travers le monde », souligne Citroën. Le DS 6WR se caractérise « par un style spectaculaire et musclé, avec une fluidité du modelé qui lui confère une grande homogénéité », ajoute la marque aux chevrons.

 

Bolloré présente la Bluesummer, un cabriolet électrique à quatre places et deux arches fixes disposant d’une autonomie de 250 km. Le modèle sera disponible à partir du mois de juillet.

 

Le 28 avril, le premier véhicule utilitaire électrique Courb, un C-Zen, sera produit dans l’usine lyonnaise de l’entreprise, située à Saint-Priest. Pour l’instant, Courb fabrique uniquement des quadricycles électriques, à raison d’un exemplaire tous les deux jours, pour l’Ademe. Il aura fallu sept ans et 23 millions d’euros d’investissement pour concrétiser le projet de production du C-Zen.

 

Gruau vient de livrer un premier fourgon électrique aux équipes lyonnaises d’ERDF. Ce fourgon, qui est la vitrine du savoir-faire du carrossier, intègre sa technologie Electron, car le véhicule électrique est désormais un axe de développement prioritaire pour le groupe mayennais. « Pour tout ce qui roule et roulera en ville, il y aura demain une solution propre, c’est là que nous travaillons en complément des constructeurs », indique Patrick Gruau, président.

 

Des investisseurs d’Abu Dhabi, qui avaient manifesté une marque d’intérêt pour la reprise de l’usine de véhicules électriques de SITL, ont finalement renoncé à présenter une offre à l’administrateur. Ils avaient envisagé d’investir 30 millions d’euros dans cette unité lyonnaise pour fabriquer notamment des voitures électriques destinées aux pays du Golfe et du Moyen Orient. Face à une opération qu’ils ont jugée « trop complexe », ils ont toutefois « préféré suspendre leur offre ».

 

Les candidats à la reprise de Mia Electric ont jusqu’au 18 avril pour faire parvenir leurs dossiers au liquidateur, la décision étant attendue le 7 mai.

 

D’après le comparateur de prix Carbeo.com, les tarifs de l’essence à la pompe ont progressé de 0,01 euro en moyenne pendant la semaine du 7 au 13 avril, le litre de sans plomb 98 passant de 1,561 à 1,572 euro et celui de sans plomb 95 de 1,502 à 1,512 euro. Le prix du litre de gazole n’a en revanche augmenté de 0,2 centime d’euro, passant de 1,311 à 1,313 euro en moyenne.

 

Depuis le 10 janvier, date à laquelle la vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien a été abaissée de 80 à 70 km/h, le nombre de véhicules flashés a augmenté. D’après la Préfecture de police de Paris, la moyenne du nombre d’infractions constatées chaque jour par les radars sur la ceinture de la capitale est d’environ 1 200, contre 1 000 auparavant, soit une augmentation de 20 %. Un nombre de flashs qui est à rapporter au nombre de radars en service – 16 - et au 1,3 million de véhicules empruntant le périphérique chaque jour, ce qui fait « une moyenne de moins d’un véhicule verbalisé sur mille », souligne la Préfecture.

 

Les ventes de véhicules au Brésil ont chuté de 15,2 % en mars, à 240 808 unités, portant le volume pour les trois premiers mois de l’année 2014 à 812 754 unités, en baisse de 2,1 %, indique l’Anfavea (Association des constructeurs au Brésil). Par segments, les ventes de voitures et de véhicules utilitaires légers, notamment, ont reculé de 14,7 % le mois dernier, à 229 115 unités, et de 1,7 % sur trois mois, à 775 356 unités. Par marques, Fiat a dominé le marché brésilien des véhicules légers en mars, avec 53 770 unités écoulées. Le pick-up Fiat Strada a été le modèle le plus vendu sur le marché brésilien en mars 2014 (13 019 unités écoulées), suivi de la Fiat Palio (12 856) et de la Volkswagen Gol (12 529), qui perd ainsi sa position de leader pour la première fois depuis 27 ans.

 

La production de véhicules au Brésil (voitures, utilitaires légers et véhicules de fort tonnage) a baissé de 17,6 % en mars, à 271 217 unités, portant le volume pour les trois premiers mois de l’année à 789 855 unités, en recul de 8,4 %, a annoncé l’Anfavea (Association des constructeurs). La production de voitures et utilitaires légers, notamment, a reculé de 17,7 % le mois dernier, à 254 019 unités, et de 8,8 % sur trois mois, à 737 803 unités. Les exportations de véhicules ont par ailleurs diminué de 46,2 % en mars, à 23 408 unités, et de 32,7 % sur trois mois, à 75 049 unités. L’Anfavea table pour 2014 sur une hausse de 1,4 % de la production de véhicules au Brésil.

 

Les ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables en Chine ont bondi de 120 % au premier trimestre, à 6 853 unités.

 

Chongqing Lifan Industry Group prévoit de dévoiler deux modèles au Salon de Pékin, un véhicule de loisir compact, le LX50, et une berline compact, la 820.

 

Volvo Cars développe un siège gonflable destiné aux enfants de moins de 4 ans.

 

PricewaterhouseCoopers a revu à la baisse ses prévisions pour le marché russe (VP + VUL) cette année, à 2,4 millions d’unités, au lieu des 2,54 millions d’unités initialement annoncées, ce qui correspondrait à un recul de 8 % au lieu de 3 % ; en 2013, le marché russe s’est établi à 2,61 millions d’unités. PwC estime que l’affaiblissement du rouble vis-à-vis de l’euro et du dollar a entraîné une anticipation des achats au premier trimestre, avant que le constructeurs ne soient contraints d’augmenter sensiblement leurs prix. A partir de mai-juin, les ventes devraient chuter.

 

La Russie s’est placée troisième au classement des marchés automobiles européens au mois de mars (avec quelque 240 000 voitures), perdant ainsi une place par rapport à février. Le Royaume-Uni (464 824 voitures) a occupé la première place, suivi de l’Allemagne (296 408).

 

L’industrie équipementière espagnole a réalisé un chiffre d’affaires de 28,02 milliards d’euros en 2013, en hausse de 2,1 %, dont 11,03 milliards réalisés en Espagne (+ 15,7 %) et 16,98 milliards réalisés à l’exportation (- 5,1 %). En outre, le nombre d’emplois directs dans le secteur a augmenté de 3,2 % l’an passé, à 190 949.

 

Ford estime que l’EcoSport a le potentiel de devenir l’un de ses modèles les plus vendus en Europe. Le constructeur devrait recevoir environ 30 000 exemplaires du petit tout-terrain de loisir fabriqués en Inde cette année, mais il prévoit une demande nettement supérieure.

 

Honda dévoilera au Salon de Pékin, en première mondiale, deux concepts de voitures spécifiquement destinées au marché chinois : une berline de style "coupé" et une toute nouvelle Spiror (Accord Euro/Acura TSX). Le constructeur présentera également à Pékin la troisième génération de la Fit et un nouveau tout-terrain, qui seront tous deux commercialisés par Guangqi Honda. Les ventes de Honda en Chine ont progressé de 17 % au premier trimestre de 2014, à 164 010 unités

 

Le nombre de véhicules immatriculés en Corée du Sud s’élevait à 19,59 millions d’unités à la fin mars et il devrait franchir le seuil des 20 millions d’unités avant la fin de cette année, a indiqué le ministère coréen de l’Intérieur, des Infrastructures et des Transports.

 

Chevrolet, Renault et Kia ont représenté à eux trois la moitié des ventes de véhicules en Colombie au premier trimestre de 2014, avec des participations de 26 % (17 546 véhicules, - 5 %), de 15 % (10 369 véhicules, + 25 %) et 10 % (6 684 unités, + 16 %) respectivement. Nissan s’est classé quatrième, avec 4 424 véhicules écoulés sur le trimestre (- 3 %).

Land Rover a présenté hier à New York le Discovery Vision SUV Concept et annoncé un partenariat avec la société Virgin Galactic créée par le Britannique Richard Branson.

 

Toyota, Nissan, Honda et Mitsubishi vont créer une société conjointe destinée à accélérer l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques au Japon. Les quatre partenaires apporteront une aide financière aux stations d’essence et de services pour l’installation de bornes dans leurs établissements. Ils participeront également à l’entretien de ces bornes. L’objectif est de porter à 8 000 le nombre de chargeurs "standards" dans le pays et à 4 000 le nombre de chargeurs rapides, doublant ainsi le réseau actuel.

 

Selon une étude de Machina Research (Londres), BMW serait - avec son système Connected Drive - le constructeur le plus avancé en termes de connectivité entre véhicules.

 

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 09:15
Spi Spigsea shared Peugeot's photo.
Repost 0
Published by Spi Spigsea
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 07:43

Carlos Tavares présentera ce lundi son plan stratégique "Back in the race" qui doit redonner à PSA Peugeot Citroën sa place dans la course automobile mondiale.

 

Le nouveau président du directoire du constructeur révèlera à la presse et aux analystes sa vision pour les années 2014-2018. L'ancien numéro deux de Renault lèvera aussi le voile sur la méthode qu'il entend appliquer pour redresser le premier constructeur automobile français, deuxième européen mais aujourd'hui seulement 9e mondial.

 

"Avant de nous prononcer, nous attendons l'analyse de Carlos Tavares et les actions qu'il entend conduire", déclare Franck Don, représentant CFTC chez PSA.

 

La plupart des syndicats ont réservé jusqu'à présent un accueil bienveillant au nouveau dirigeant dont ils attendent avant tout qu'il inaugure une nouvelle ère de stabilité après plusieurs années sombres pour le groupe:

 

Départ brutal de Christian Streiff en 2009, présentation du nouveau style Peugeot en 2010 éclipsée dès l'année suivante par la dégringolade des ventes du groupe en Europe, vaste restructuration en France et sauvetage in extremis de la filiale bancaire en 2012 avant une révision en forte baisse des ambitions de l'alliance avec General Motors en 2013.

 

Dans l'espoir de redonner à un nouvel élan au constructeur, PSA, le constructeur automobile chinois Dongfeng Motor et l'Etat français ont finalisé fin mars un accord visant à renforcer le partenariat stratégique entre Dongfeng et PSA.

 

Celui-ci prévoit une augmentation de capital de quelque trois milliards d'euros souscrite par Dongfeng, l'Etat français et la famille Peugeot.

 

Au salon de l'automobile de Genève, début mars, Carlos Tavares a laissé entendre qu'il évoquerait mi-avril le planning des futurs modèles jusqu'en 2016 et qu'il livrerait quelques pistes pour l'horizon 2018.

 

"Espérons que 'Back in the race' ne soit pas qu'un slogan de plus", commente Kristina Church, analyste automobile chez Barclays.

 

"Le principal défi concerne les investissements à venir dans le plan produit. Le développement a souffert ces douze derniers mois de la réduction des dépenses, on se demande donc ce que Tavares peut amener sur la table pour les prochaines années, quels produits sont susceptibles de prendre la relève d'actuels succès comme la 308."

 

 

 

VERS UN REDÉCOUPAGE DU DIRECTOIRE?

 

Le nouvel homme fort de PSA, qui a succédé à Philippe Varin le 31 mars, devra également expliquer la place qu'il envisage pour le constructeur dans une planète automobile engagée dans une course au gigantisme, les économies d'échelle pour le développement des véhicules et leur production étant devenues plus que jamais le nerf de la guerre.

 

Or les ventes mondiales du groupe pèsent désormais moins de trois millions d'unités et PSA peine à trouver un positionnement serein face aux autres généralistes comme Volkswagen ou Renault.

 

Le groupe est actuellement concentré sur le seul objectif financier qu'il a communiqué: retrouver l'équilibre au niveau du free cash flow, après avoir fortement réduit l'an dernier une hémorragie de cash qui a atteint trois milliards d'euros en 2012. Cet équilibre devrait être atteint en 2016, voire dès 2015.

 

Depuis son arrivée chez PSA en janvier, Carlos Tavares dit avoir entrevu un grand potentiel d'amélioration dans la gestion des coûts. A la veille du salon de Genève, il avait prévenu qu'il n'entendait pas s'arrêter au plan d'économies actuel, qui prévoit 1,5 milliard d'euros de réductions de coûts cumulées d'ici 2015.

 

Il a également défendu un certain "cynisme" dans la gestion des capacités de production, répondant ainsi aux critiques des analystes pour qui une grande partie des difficultés actuelles de PSA s'explique par des estimations irréalistes de son potentiel de ventes sur plusieurs marchés clé.

 

Parmi les priorités affichées, Carlos Tavares souhaite redresser les activités du groupe en Russie et en Amérique latine, notamment en réduisant le nombre de modèles au catalogue et en concentrant l'effort commercial sur les véhicules les plus prometteurs, comme les 4x4 urbains 3008 et 2008 ou encore la ligne haut de gamme DS de Citroën.

 

Il lui faudra aussi accroître le taux de localisation des approvisionnements, notamment en Russie où cette part n'est que de 30%, contre 80% pour Renault.

 

Selon une source proche du conseil de surveillance, Carlos Tavares aimerait aussi favoriser dans les différentes zones l'émergence de responsables locaux, mieux à même selon lui de sentir les tendances de marché sur le terrain.

 

Parmi les pistes évoquées, l'organigramme du directoire pourrait être redécoupé, notamment en retirant l'Amérique latine du périmètre du directeur financier de PSA, et la Russie du périmètre du directeur de la région Asie.

 

 

 

 

Repost 0
Published by deleguespi - dans actualité
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 16:38

PSA a accru ses ventes trimestrielles de 18% en Chine à 169.000 unités. Au salon de Pékin, qui s'ouvre le 20 avril, le constructeur français s'apprête à dévoiler de nombreuses nouveautés.

 

PSA a accru au total ses facturations de 18% en Chine au premier trimestre à 169.000 unités. Peugeot les a augmentées de 18,6% à près de 86.000, Citroën d'un peu moins à 80.000. Le solde est constitué des DS, diffusées à part en Chine. Le groupe français espère écouler 650.000 véhicules de marque Peugeot et Citroën sur l'ensemble de l'année, plus 50.000 DS, contre 550.000 en 2013. Le consortium automobile français en crise mise beaucoup sur l'ex-Empire du milieu, où il s'apprête à dévoiler de nombreuses nouveautés.

 

Au salon de Pékin, qui ouvre ses portes aux professionnels dimanche 20 avril, Peugeot  va présenter une berline moyenne inédite, la 408 II, une version rallongée à quatre portes de la dernière 308 destinée à l'ex-Empire du milieu. Il lancera aussi sa 2008 en version chinoise. Enfin, la firme au lion exposera l'Exalt, un concept de berline-coupé propulsé par une chaîne de traction hybride essence développant 340 chevaux et préfigurant les lignes d'un futur modèle.

Le "SUV" DS très attendu

 

Côté Citroën, la grande nouveauté sera le "SUV" (4x4) DS inspiré du concept "Wild Rubis" dévoilé au salon de Shanghai il y a un an. DS aura un stand à part, la griffe "premium" étant une marque séparée de Citroën en Chine puisque commercialisée par une co-entreprise spécifique, CAPSA, avec le groupe Changan. Les Peugeot et Citroën - sauf DS - sont, elles, traditionnellement produites et vendues par DPCA,  une co-entreprise avec le groupe public  Dongfeng.  Ce "SUV" DS devrait être commercialisé au second semestre. Citroën présentera aussi à Pékin le concept d'une future voiture compacte, réservée également à la Chine et vendue par la marque aux chevrons elle-même.

"D'ici à 2015, la Chine sera le premier marché de PSA", martelait Philippe Varin, président sortant du directoire de PSA, lors de la conférence de presse tenue à Paris le 26 mars dernier avec Xu Ping, patron de Dongfeng, pour sceller la nouvelle alliance.  Car, non contents de collaborer à travers leur co-entreprise, PSA et Dongfeng resserrent leurs liens au niveau financier et stratégique. Dongfeng doit ainsi prendre... 14% du capital du constructeur tricolore lui-même!

 

1,5 million en 2020

 

Avec ce soutien plus étroit, PSA Peugeot Citroën vise 1,5 million d'unités en Chine en 2020, plus au moins 200.000 DS.  Les accords signés fin mars stipulent la création d'un centre de recherche et développement  commun, dédié au développement des produits et technologies pour les marchés à forte croissance, dont la Chine. Les deux parties créeront également une co-entreprise spécifique pour l'Asie du sud-est et d'autres marchés émergents.

 

Pionnier dans l'ex-Empire du milieu au milieu des années 80 avec la marque Peugeot, PSA est toutefois à la traîne en Chine. Même si sa croissance est forte ces dernières années, le constructeur tricolore part de très loin, puisqu'il s'est fait hélas largement doubler au fur et à mesure par Volkswagen, entré en même temps que lui, et de nouveaux entrants (Hyundai-Kia, Nissan, GM...). Même si elles progressent fortement, les ventes annuelles de PSA représentent globalement sur place ce que le seul groupe Volkswagen y vend... sur deux  mois. La part de marché de PSA ne dépassait pas un modeste 3,6% l'an dernier. Et ses profits locaux restent modestes.

Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 15:59

Contrairement aux Etats-Unis, le marché automobile européen est relativement épargné par la vague récente de rappels de véhicules, ce qui s'explique par son morcellement, une législation moins contraignante et l'absence d'action de groupe ("class action").

 

Depuis deux mois, les campagnes de rappels se sont multipliées. Dernière en date, celle effectuée par Toyota, qui concerne 6,39 millions d'unités à travers le monde, à cause de divers problèmes techniques. Il avait déjà fait de même mi-février pour 1,9 million de ses Prius.

 

Entretemps, Volkswagen et Porsche, Nissan, PSA Peugeot Citroën et Chrysler ont aussi rappelé des véhicules, dans des proportions très différentes selon les groupes.

 

Le cas le plus marquant a été celui du géant de Detroit, General Motors. Entre la mi-février et la mi-mars, il a rappelé 2,6 millions de véhicules pour un défaut du commutateur d'allumage ayant empêché les airbags de se déployer, entraînant la mort de 13 personnes. Et depuis le début de l'année, il a rappelé 4 millions d'autres voitures pour différents soucis techniques.

 

Ces opérations concernent au premier chef l'Amérique du Nord, comment cela a souvent été le cas ces dernières années lors de rappels massifs, devant des pays comme le Japon ou la Chine. L'Europe, en revanche, paraît être moins exposée.

 

"Aux Etats-Unis, les volumes de vente d'un modèle sont beaucoup plus importants qu'en Europe", explique un analyste ayant requis l'anonymat. D'où un risque plus important qu'une pièce défectueuse se retrouve dans plusieurs centaines de milliers de voitures. Idem pour la Chine, où la qualité du réseau de sous-traitants peut aussi jouer, poursuit-il.

 

- L'Europe exigeante en matière de sécurité -

 

Pour autant, les rappels existent aussi sur le Vieux continent. "Il s'en produit tous les mois, ça fait partie de la vie des véhicules", commente Bertrand Rakoto, analyste chez D3 Intelligence. Pour preuve, le ministère du développement durable français en a déjà recensé 19 depuis le début de l'année dans l'Hexagone dont le plus important, celui de la Toyota Prius, n'a pas dépassé les 16.000 exemplaires.

 

"En Europe, les constructeurs le font de manière plus discrète", explique l'analyste ne voulant pas être cité. Les réparations "sont effectuées le jour où on ramène sa voiture au garage pour un entretien", complète Bertrand Rakoto.

 

C'est possible quand le problème ne touche pas à la sécurité du véhicule. Dans le cas contraire, les groupes n'hésitent pas à contacter les automobilistes pour leur demander de ramener leurs voitures. "L'Europe reste le marché le plus exigeant en termes de sécurité, car les constructeurs ont dû pendant longtemps être en mesure de répondre aux exigences des différents organismes nationaux", rappelle l'autre analyste.

 

La différence de législation explique ces différences. Aux Etats-Unis, l'agence de sécurité routière NHTSA, qui dépend du département des Transports, peut infliger des amendes. Si un groupe automobile tarde à effectuer une campagne de rappel, le gouvernement fédéral peut aussi se saisir de l'affaire via le département de la Justice.

 

GM, qui est accusé d'avoir tardé à faire le nécessaire pour réparer le défaut du commutateur d'allumage, se retrouve ainsi au centre d'une triple enquête menée par le département de la Justice, la NHTSA et le Congrès.

 

Un autre facteur qui pousse les entreprises automobiles à prendre les devants aux Etats-Unis est le risque de se retrouver sous le coup d'une action en justice collective. "Les 'class action' font peur car on peut se retrouver à devoir payer plusieurs millions de dollars en plus du rappel pour une pièce défectueuse. Les rappels sont donc pris très au sérieux", constate Bertrand Rakoto.

 

Pour preuve, GM a déjà recruté un avocat de renom, Kenneth Feinberg, qui l'aidera à évaluer la réponse à apporter aux familles des victimes.

 

Repost 0
Published by deleguespi - dans actualité
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 00:46

Les salariés de l'usine PSA Peugeot Citroën de Rennes s'inquiètent pour leur avenir. Une réunion extraordinaire du comité d'établissement prévue jeudi 10 avril devrait «réorganiser la production en une seule équipe, ce qui signifie la suppression d'une demi-équipe»,.

 

Rennes s'inspire donc de Poissy et Mulhouse, où une équipe a disparu ces derniers mois. Cette suppression peut se faire dans le cadre du nouveau contrat social approuvé l'an dernier par les syndicats.

 

Les organisations syndicales signataires de l'accord -CFE-CGC, CFTC, FO et SIA- demandent à la direction du constructeur de «tout mettre en œuvre pour rapatrier à Rennes de nouvelles activités dans les ateliers ainsi qu'en recherche et développement».

 

Sur ce point, le ministère du Redressement productif devrait répondre présent. Rennes a en effet été choisi pour abriter l'un des projets pilotes du plan «usine du futur». Il s'agit d'un des 34 plans industriels présentés par le président de la République et le ministre du Redressement productif en septembre dernier. Son pilotage avait été confié à Frédéric Sanchez, président du constructeur de machines-outils Fives, et à Bernard Charlès, président de Dassault Systèmes.

 

Les détails de ce plan auraient dû être communiqués jeudi dernier au Salon de l'industrie, mais au dernier moment Arnaud Montebourg a annulé sa venue, retenu à Bercy par la cérémonie de la passation des pouvoirs. Au nom du ministre, Christophe Lerouge, commissaire au redressement productif de Bourgogne, a rappelé jeudi que «ce plan a deux objectifs: travailler sur l'offre française en matière de nouvelles technologiques de production, comme l'impression 3D ou les robots pour pouvoir les exporter ; et, deuxièmement, faire en sorte que ces technologies se diffusent en France afin de gagner en compétitivité». Un premier comité de pilotage pour ce plan s'est réuni mi-mars pour valider quatre projets sur une vingtaine identifiés.

 

Des assistants robots

 

L'un de ces quatre projets concerne donc le site PSA de Rennes. Il doit permettre de réaliser une ligne pilote destinée à fabriquer des prototypes de pièces de structure en composite pour l'automobile. Beaucoup plus légers que l'acier, les composites vont permettre d'alléger les voitures et de diminuer ainsi les émissions polluantes en améliorant la consommation. Cette ligne utilisera une technologie développée par Fives, spécialiste des composites. Ce démonstrateur sera logé dans Excelcar, une société de R & D mise en place par PSA et soutenue par les collectivités locales bretonnes dans le cadre de la ré industrialisation du site.

 

Les acteurs industriels -les constructeurs mais également les équipementiers- convaincus pourront passer un contrat avec Excelcar afin de mettre en place, dans leurs usines, leur propre outil de production. La ligne de Rennes devrait être opérationnelle fin 2015. Le montant de l'investissement sera compris entre 10 et 20 millions d'euros, et portera sur 30 à 40 emplois. «Le potentiel est cependant de plusieurs centaines d'emplois si les constructeurs décident de mettre en place d'autres lignes de production de leurs usines pour leurs véhicules», confie un spécialiste du secteur.

 

Repost 0
Published by deleguespi - dans actualité
commenter cet article