Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 07:48

 

La rumeur tourne dans les milieux de l’automobile. PSA serait pressenti pour racheter Jaguar Land Rover et ainsi pointer le bout de ses griffes dans l’univers du luxe comme Carlos Tavares semble le souhaiter. Une interview de ce dernier dans Autocar , un média indien, est à l’origine des spéculations.

 
  •  
  •  
Sondé par un média indien sur un intérêt de PSA pour Jaguar Land Rover, Carlos Tavares avait répondu qu’il serait bon pour le groupe de posséder une marque de luxe.  Photo ER/Alexandre MARCHI

Sondé par un média indien sur un intérêt de PSA pour Jaguar Land Rover, Carlos Tavares avait répondu qu’il serait bon pour le groupe de posséder une marque de luxe. 

Une interview, une rumeur d’achat ! En mars, Robert Peugeot déclarait dans les colonnes des Échos que la famille (N.D.L.R. : qui demeure l’un des trois actionnaires de référence du groupe PSA) soutiendrait une nouvelle acquisition du constructeur si une opportunité se présentait. Immédiatement, les regards s’étaient tournés vers Fiat Chrysler. Interrogé plus précisément sur cette possibilité, le président de la holding familiale avait ajouté que « les planètes pourraient être alignées un jour ». Ce qui ne semble plus d’actualité. Le mariage avec le constructeur italo-américain semble, pour le moins, suspendu et reporté à un nouveau cycle lunaire.

 

Cette fois, ce sont les propres mots de Carlos Tavares, dans Autocar , un média indien, qui ravivent les spéculations. Sondé sur un intérêt de PSA pour Jaguar Land Rover, actuellement propriété du groupe indien Tata Motors, l’intéressé avait répondu qu’il serait bon pour le groupe de posséder une marque de luxe. De là à tirer des plans sur la comète… Lors de la même interview, Carlos Tavares ajoutait qu’aucune discussion n’avait encore été entamée tandis que Tata Motors dément toute transaction en vue.

 

Du côté de la communication de PSA, on apporte une réponse de Normand. « Sur le principe, nous sommes ouverts aux opportunités qui pourraient créer de la valeur à long terme pour le groupe et ses actionnaires. Mais (en se basant sur les résultats financiers de 2018), il n’y a aucune urgence à finaliser quelque partenariat que ce soit ».

Une chose est sûre, en coulisses, ça s’agite, ça s’active, sachant que pour PSA les enjeux sont de taille. Ils s’inscrivent assurément dans une logique de mutualisation des coûts et d’économie d’échelle avec, également, tout l’enjeu de la recherche et du développement aussi bien pour la voiture électrique, la voiture autonome.

Après le rachat d’Opel Vauxhall, l’appétit du Lion semble plus ouvert que jamais.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 07:28

 

Même si la France n'est pas le plus “chauvin” des marchés automobiles, les marques nationales représentent encore près de la moitié des ventes. Mais savez-vous vraiment où sont fabriqués les voitures que vous achetez ? On vous propose de le (re)découvrir.

Alpine

Ici, pas d'ambiguïté. Seul modèle proposé, l'A110 moderne est uniquement fabriquée à Dieppe. L'usine historique de la marque lui est même désormais entièrement consacrée, puisque la fabrication de la Clio R.S. a été arrêtée.

Citroën C5 Aircross et Spacetourer

Avec ce C5 Aircross, construit à Rennes, Citroën a enfin sorti l'artillerie lourde pour faire sa place sur le créneau des SUV compacts.
Avec ce C5 Aircross, construit à Rennes, Citroën a enfin sorti l'artillerie lourde pour faire sa place sur le créneau des SUV compacts.© Bruno Picault

Si l'on se base seulement sur les sites de production, Citroën est en quelque sorte le moins français des grands constructeurs tricolores. Après l'abandon de la marginale e-Mehari, seul le SUV C5 Aircross et le SpaceTourer dérivé d'un utilitaire sont en effet désormais assemblés dans l'Hexagone. Les petites C1 et C3 sont pour leur part produites en Europe de l'Est, alors que les C3 Aircross, C4 Spacetourer ou C4 Cactus ont choisi l'Espagne. Mais la future C4, attendue pour 2021, sera quant à elle construite à Mulhouse.

DS 3 Crossback et DS 7 Crossback

Derrière un look soignée, le petit SUV DS 3 Crossback, assemblé à Poissy, cache de belles qualités routières.
Derrière un look soignée, le petit SUV DS 3 Crossback, assemblé à Poissy, cache de belles qualités routières.© Christophe Gasco

Malgré un positionnement bien différent, DS rejoint ici Alpine. L'autre incarnation du "haut de gamme à la française" assemble en effet tous ses modèles en France... du moins ceux destinés à l'Europe, puisque d'autres sont réservés à la Chine. Comme la petite DS 3, en fin de carrière, le SUV urbain DS 3 Crossback est ainsi fabriqué à Poissy, dans les Yvelines, près de Paris, alors que le grand DS 7 Crossback a opté pour Mulhouse, dans l'Est.

Peugeot 308, 3008, 508, 5008 et Traveller

Egalement assemblé à Sochaux, ce 3008 adopte un dessin bien plus acéré que son prédécesseur.
Egalement assemblé à Sochaux, ce 3008 adopte un dessin bien plus acéré que son prédécesseur.© Dominique Fontenat

Les petites Peugeot fabriqué en France ? C'est bientôt terminé. Alors que les versions hautes de l'actuelle 208 étaient encore assemblées à Poissy, la nouvelle générationsera en effet seulement produite à Trnava, en Slovaquie. Quant au SUV 2008, il quittera bientôt Mulhouse puisque sa prochaine mouture sera construite à Vigo, en Espagne. Sachant que la 108 reste, elle, pour l'instant à Kolin, en République Tchèque, avec les Citroën C1 et Toyota Aygo, suite à un partenariat dont la fin a été récemment annoncée.

Pour ses modèles plus haut de gamme, en revanche, le Lion reste fidèle à la France. Le SUV 3008 et la compacte 308 sortent ainsi de son fief historique, à Sochaux, alors que la nouvelle 508 est produite à Mulhouse et le sept-places 5008 à Rennes. Enfin, comme ses jumeaux Citroën Spacetourer et Toyota Proace Verso, le Peugeot Traveller a choisi l'usine de Sevelnord, dans le Nord. Tout le contraire d'un autre dérivé d'utilitaire, le ludospace Rifter, qui préfère l'Espagne et le Portugal.

Renault Zoe, Espace, Talisman, Scénic, Kangoo...

Fabriquée à Flins, la Zoe propose grâce à sa nouvelle batterie une autonomie en augmentation.
Fabriquée à Flins, la Zoe propose grâce à sa nouvelle batterie une autonomie en augmentation.© Bruno Picault

Comme Peugeot ou Citroën, Renault tourne de plus en plus le dos à la France pour ses citadines. Alors que la Clio actuelle était encore partiellement construite à Flins, dans les Yvelines, voire à Dieppe en version R.S., 

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 07:18

Dans un marché automobile toujours en stabilisation (+0,43% en avril), Citroën reste de loin la marque la plus dynamique du moment.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 07:14

Depuis qu'Opel est entrée dans le giron de PSA, ses utilitaires et ludospaces sont jumeaux de leurs homologues Peugeot et Citroën. Moins glamour que les Rifter et Berlingo, le Combo Life en conserve les qualités, avec un tarif légèrement plus contenu.

Opel Combo Life Opel Combo Life
L'Opel Combo Life affiche un style moins sexy que celui des Peugeot Rifter et Citroën Berlingo. Mais il conserve logiquement les qualités de ces deux cousins.


Les vendeurs de chez Peugeot et Citroën ont la dent dure avec l'Opel Combo Life. A croire que ce nouveau cousin se montre encombrant pour le Rifter, au look de SUV et pour le Berlingo, qui adopte des lignes rondouillardes et des couleurs sympathiques. Nos confrères d'Auto Plus, qui ont visité les concessions des constructeurs français en caméra caché, y ont recueilli quelques formules bien senties. "On laisse l'austérité allemande à Opel", dit-on chez Peugeot. "Le Combo n'est pas fun, pas très beau et sa finition bien en-dessous de celle du Berlingo", entend-on chez Citroën.


C'est vrai que les yeux de cocker du Combo et l'absence d'éléments décoratif sur sa carrosserie n'en font pas un modèle de séduction. Il se murmure d'ailleurs que, parmi les trois frères, l'Opel fut le dernier à voir son style gelé, signe que les designers ont peiné à rendre leur copie. On rêve déjà d'un restylage, qui adopterait la nouvelle calandre "Vizor", inaugurée sur le concept-car GT X Experimental. Histoire d'affirmer l'identité de ce ludospace bien plus fade que ses cousins. Et il en va de même à l'intérieur. La qualité des matériaux (des plastiques durs mais solides) et des assemblages (perfectibles au niveau du couvercle de boîte à gants), est équivalente à celle des Rifter et Berlingo. Mais l'ambiance uniformément noire déçoit face à celle, dotée de petites touches de fantaisie, des deux français.

Moins fun, mais - un peu - moins cher
Cette austérité a toutefois une contrepartie : celle d'un tarif plus doux. Certes, PSA a tout fait pour brouiller les pistes : les niveaux de finition des Rifter, Berlingo et Combo Life ne sont pas directement comparables. Notre modèle d'essai (haut-de-gamme Innovation, 1.5 Diesel de 130 ch et la boîte automatique), s'affiche à 29.450 €, à comparer aux 31.300 € du Rifter GT Line. Le niveau d'équipement est pourtant proche : pas de toit panoramique sur le Peugeot, mais GPS et accès mains-libres sont de série. Le Berlingo Shine réclame quant à lui 30.150 € mais s'avère mieux équipé, avec de série l'affichage tête haute et le GPS… L'écart avec l'allemand est donc comblé peu ou prou par le tarif de ces options. Et les deux jumeaux concèdent des remises assez équivalentes… Dans tous les cas, le Combo Life se place dans le milieu du marché, plus cher qu'un Renault Kangoo mais plus abordable qu'un Volkswagen Caddy.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 07:05

 

 

  • Le Groupe PSA présente en avant-première les versions électrifiées Peugeot Boxer Electric et Citroën Jumper Electric au salon du véhicule utilitaire de Birmingham (du 30 avril au 2 mai).
  • Leader dans le segment des VUL1 en Europe avec 24,7% de part de marché en 2018, le Groupe PSA réaffirme son ambition de proposer 100% de sa gamme avec une version électrifiée, aussi bien en VP2 qu’en VUL
  • Au 1er septembre 2019, le Groupe PSA dispose de tous les atouts technologiques pour franchir la nouvelle échéance Euro 6 intégrant le protocole WLTP3 applicable aux VUL.

 

Philippe Narbeburu, Directeur de la Business Unit Véhicules Utilitaires du Groupe PSA (Paris:UG) : « Conformément à notre plan stratégique Push to Pass, nous poursuivons l’électrification de toute notre gamme. Cette nouvelle offre est un atout compétitif majeur pour nos marques sur un segment des VUL très concurrentiel. C’est une opportunité de renforcer notre leadership en Europe en répondant aux nouveaux besoins de roulage 0 émission sans renoncer aux prestations utiles liés aux usages exigeants de nos clients professionnels. »

Les fourgons Peugeot Boxer Electric et Citroën Jumper Electric seront proposés avec 2 niveaux d’autonomie selon la version : 225 km4 sur cycle NEDC pour les longueurs L1 et L2, et 270 km sur cycle NEDC pour les longueurs L3 et L4. Après leur production sur le site de Sevel à Val di Sangro (Atessa, Italie), ces véhicules seront électrifiés et homologués par le partenaire BD AUTO.

Sur le segment des fourgons compacts, Peugeot Expert et Traveller, Citroën Jumpy et SpaceTourer, Opel/Vauxhall Vivaro Cargo et Vivaro Life, proposeront une version électrifiée en 2020.

Sur le segment des fourgonnettes, Peugeot Partner Tepee Electric (VP) et Partner Electric (VUL), ainsi que Citroën E-Berlingo Multispace (VP) et Berlingo Electric (VU), existent déjà depuis 1998. La nouvelle génération de ces véhicules Peugeot, Citroën et Opel/Vauxhall sera proposée en version électrique d’ici 2021.

Au 1er septembre 2019, grâce à des choix technologiques judicieux réalisés par anticipation de la réglementation (SCR « Selective Catalytic Reduction » et GPF « Filtre à particules essence »), le Groupe PSA dispose sur sa gamme VUL (véhicules base et véhicules transformés) de tous les atouts pour franchir la nouvelle étape Euro 6 intégrant le protocole WLTP plus représentatif de la consommation de carburant en usage réel.

1 Véhicule Utilitaire Léger
2 Véhicule Particulier
3 Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedure
4 225 km pour L1 et L2, et 270 km pour L3 et L4. Ces chiffres sont sujets à homologation et varient selon la topographie, la charge utile, le style de conduite et les conditions météorologiques

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 06:59

Peugeot, Renault, Citroën: le match des SUV tricolores

Peugeot, Renault, Citroën: le match des SUV tricolores

COMPARATIF - Le Renault Kadjar récemment revisité et le Citroën C5 Aircross peuvent-ils faire trébucher le Peugeot 3008 de son piédestal? Éléments de réponse.

Si vous souhaitez faire l’acquisition d’un SUV compact familial français, il y a de fortes chances pour que votre investigation vous mène au Peugeot 3008. Il faut dire que le modèle franc-comtois, qui occupe la première place du podium des ventes de la catégorie en France, ne manque pas d’arguments. Mais sur un marché où les véhicules de loisirs sont devenus la norme, la concurrence est vive. Le Renault Kadjar, qui soutenait jusqu’ici difficilement la comparaison, n’a pas abdiqué. Il revient plus fort après avoir fait peau neuve. Citroën se place aussi en embuscade avec un C5 Aircross développé autour de la plateforme du 3008. Au moment où le diesel est en perte de vitesse, nous avons réuni ces trois SUV dotés de la motorisation essence d’entrée de gamme.

Des styles très différents

Les modèles mis à notre disposition bénéficient tous d’un niveau de finition huppé: Intens pour le Kadjar, Shine pour le C5 Aircross et GT-Line pour le 3008. Le Lion affiche un look anguleux et sportif. Il est plus court que ces rivaux, et son gabarit est très facile à appréhender. Chez Citroën, on a choisi de privilégier l’habitabilité et le bien-être à bord, quitte à proposer un engin plus massif. Il est plus long (4,50 m), plus haut (1,65 m) et possède un plus grand empattement (2,73 m) que ses adversaires du jour. Son design tout en rondeur est assez original. De son passage sur la planche à dessin, le Kadjar a gagné en modernité, à défaut de provoquer la surprise. Il est plus bas et moins large que les deux véhicules de PSA.

Habitacles cossus chez PSA

Peugeot 3008.
 

L’intérieur de la Peugeot est un véritable plaisir pour les yeux avec son i-cockpit et ses touches piano orientées vers le conducteur. Le dessin est original et la qualité perçue s’approche des standards du premium. L’habitacle du C5 Aircross est plus convenu et, s’il ne souffre pas de tares particulières, il est tout de même moins sympathique que celui de son cousin. Le Kadjar reste ici un peu en retrait: sa présentation est moins soignée, et le choix des matériaux laisse parfois à désirer. Au chapitre de la technologie, l’écart se creuse encore en faveur des véhicules de PSA. Leurs combinés d’instrumentation digitaux sont personnalisables, ce qui n’est pas le cas chez Renault. L’écran tactile central, de bonne définition, est agréable et facile d’emploi. La circulation dans les menus de l’écran du Kadjar n’est pas un modèle de simplicité et les graphismes ne brillent pas par leur qualité ni par leur nouveauté. La jauge de carburant, pour sa part, apparaît trop imposante. S’agissant de l’ergonomie, les rôles s’inversent. Le 3008 possède une très belle planche de bord, mais elle réclame une période d’adaptation. Le C5 Aircross aiguille mieux son conducteur, mais, comme chez Peugeot, certaines fonctions essentielles (comme la climatisation) imposent de passer par l’écran central. Ce qui peut prendre du temps et surtout diminuer l’attention du conducteur. Le Kadjar est le plus intuitif du trio. Le réglage de la climatisation s’effectue facilement à l’aide d’une simple molette.

La Citroën: meilleure alliée des familles

Citroën C5 Aircross.
 

Au moment de partir en vacances, le Kadjar, avec son coffre d’une capacité de 472 litres, ne sera pas le meilleur compagnon. Le 3008 fait mieux (520 litres), et le C5 Aircross remporte la manche avec une capacité de chargement de 580 litres. S’agissant de la capacité maximale, quand ses rivaux tournent autour de 1480 litres, le C5 Aircross offre 1630 litres. Les grands gabarits (plus de 1,85 m) seront un peu à l’étroit à l’arrière du 3008 et du Kadjar. Sur nos modèles d’essai, la présence d’un toit ouvrant amputait la garde au toit de quelques précieux centimètres. Privé de cette option, notre C5 Aircross pouvait accueillir trois personnes de grande taille sans difficulté. Autre atout du SUV aux chevrons: sa modularité. Ses trois sièges arrière coulissent de manière indépendante, ce qui permet de satisfaire un grand nombre de besoins.

Confort ou dynamisme, 3 ou 4-cylindres

La première chose que l’on remarque lorsque l’on s’élance au volant du 3008, c’est son pédalier peu consistant. C’est certes reposant en ville, mais l’on peine parfois à trouver le point de patinage. Le 3-cylindres essence de 1,2 litre est souple et linéaire. Les 130 chevaux sont suffisants pour tracter les 1320 kg de ce SUV, mais quelques équidés supplémentaires ne lui feraient pas de mal, notamment pour faciliter les dépassements. Son freinage mordant et ses excellentes liaisons au sol seront appréciés des conducteurs sportifs. Le 3008 est aussi le seul des trois à disposer d’un mode sport qui agit sur la sonorité du moteur et qui raffermit la direction. Il ne faudra toutefois pas le confondre avec une GTI car le centre de gravité élevé ne permet pas d’annihiler totalement les mouvements de caisse. Son dynamisme ne compromet pas le confort qui reste satisfaisant. Sur ce point-là, le C5 Aircross fait la différence, prenant grand soin de ses occupants. Les sièges moelleux et les amortisseurs à butées hydrauliques permettent de rouler plusieurs heures sur divers revêtements, sans fatigue ni douleurs à la clé. Rançon de son typage confort, ce SUV déteste être brusqué et il le paie par une importante prise de roulis. Reflet d’un poids supérieur, le 3-cylindres apparaît moins fringant qu’au volant du 3008.

Renault Kakjar.
 

Aux commandes du Kadjar, on note immédiatement un pédalier plus ferme, source de fatigue dans les encombrements mais garantissant une plus grande précision lors des changements de rapports. Le guidage de sa commande de boîte est supérieur à celui de ses rivaux mais le levier en plastique, donnant une impression de fragilité, n’est pas franchement agréable à manipuler. Des trois SUV, le Kadjar est celui qui offre le meilleur compromis confort/dynamisme. Une direction plus ferme ne serait toutefois pas pour nous déplaire. Le Kadjar creuse l’écart sur le plan des performances. Le résultat d’une cylindrée, d’une puissance et d’un couple supérieurs. De plus, à l’épreuve de la route, le SUV de Renault ne s’est pas montré plus gourmand que ses rivaux (environ 7,6 litres/100 km en moyenne). À l’usage, le downsizing des moteurs PSA atteint ses limites.

Nous remercions chaleureusement pour son accueil Didier Papaz, président de l’École supérieure de design de Troyes, dont les locaux se trouvent dans l’ancienne abbaye Saint-Martin-ès-Aires, datant du XVIIe siècle.


Notre avis

À l’issue de plusieurs centaines de kilomètres, le Peugeot 3008 n’est pas détrôné. Il propose un compromis idéal entre plaisir de conduite et praticité, et il reste, à notre sens, le SUV le plus désirable de ce comparatif. Mais ceux qui privilégient le confort et la quiétude pourront lui préférer le Citroën C5 Aircross, également plus pratique pour les grands voyages. Loin de démériter, le Renault Kadjar souffre d’une conception plus ancienne. Il a toutefois de beaux restes, et représente également une option à considérer. Il est d’ailleurs le moins cher du trio, mais il écope d’un malus écologique de 353 euros, contre 40 euros seulement pour les réalisations de PSA.

Les modèles mis à notre disposition bénéficient tous d’un niveau de finition huppé: Intens pour le Kadjar, Shine pour le C5 Aircross et GT-Line pour le 3008.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 06:55
PSA ouvrira le plus grand parc VO d'Europe à Hordain

Le groupe PSA a signé un accord avec les syndicats qui prévoit le déménagement des activités du parc de stockage VO de Limay (78) vers Hordain (59). Ce sera le plus vaste centre du genre en Europe.

  •  

PSA va quitter Limay. Le groupe a entrepris un chantier qui aboutira au déménagement des activités du parc de stockage de véhicules d'occasion du site des Yvelines vers un tout nouveau centre, basé à Hordain, dans le Nord. Le constructeur a signé un accord avec les syndicats qui prévoit de conserver 14 salariés sur place et de reclasser les quarante autres dans des établissements PSA de la région ou dans des structures externes. Un vaste projet qui reste encore soumis à l'avis de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte).

 

A l'heure actuelle, PSA entrepose 10 500 véhicules environ sur le port autonome de Limay. Badgés Peugeot, Citroën, DS et Opel, il s'agit majoritairement d'exemplaires en retour de location, en phase de reconditionnement pour repartir dans les canaux de distribution. En ouvrant le parc à Hordain, le groupe disposera de 16 000 places de stationnement, ce qui constituera de fait le plus grand centre de transit de VO d'Europe. Il présentera l'avantage d'avoir une liaison directe avec Roissy-en-France, le point de retour principal des locations longue durée de PSA.

 

"Le groupe PSA a fondé ses ambitions sur les véhicules d’occasion. On vise les 800 000 ventes par an en 2021 contre 400 000 en 2018, explique une porte-parole du groupe, cité par nos confrères d'Actu.fr. Pour répondre à cet objectif, on a décidé d’ouvrir un nouveau parc à Hordain car nous disposons de la surface nécessaire". Selon le calendrier prévisionnel, le déménagement aura lieu à la fin de l'année 2019

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 06:53
PSA ouvrira le plus grand parc VO d'Europe à Hordain

Le groupe PSA a signé un accord avec les syndicats qui prévoit le déménagement des activités du parc de stockage VO de Limay (78) vers Hordain (59). Ce sera le plus vaste centre du genre en Europe.

 

PSA va quitter Limay. Le groupe a entrepris un chantier qui aboutira au déménagement des activités du parc de stockage de véhicules d'occasion du site des Yvelines vers un tout nouveau centre, basé à Hordain, dans le Nord. Le constructeur a signé un accord avec les syndicats qui prévoit de conserver 14 salariés sur place et de reclasser les quarante autres dans des établissements PSA de la région ou dans des structures externes. Un vaste projet qui reste encore soumis à l'avis de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte).

 

A l'heure actuelle, PSA entrepose 10 500 véhicules environ sur le port autonome de Limay. Badgés Peugeot, Citroën, DS et Opel, il s'agit majoritairement d'exemplaires en retour de location, en phase de reconditionnement pour repartir dans les canaux de distribution. En ouvrant le parc à Hordain, le groupe disposera de 16 000 places de stationnement, ce qui constituera de fait le plus grand centre de transit de VO d'Europe. Il présentera l'avantage d'avoir une liaison directe avec Roissy-en-France, le point de retour principal des locations longue durée de PSA.

 

"Le groupe PSA a fondé ses ambitions sur les véhicules d’occasion. On vise les 800 000 ventes par an en 2021 contre 400 000 en 2018, explique une porte-parole du groupe, cité par nos confrères d'Actu.fr. Pour répondre à cet objectif, on a décidé d’ouvrir un nouveau parc à Hordain car nous disposons de la surface nécessaire". Selon le calendrier prévisionnel, le déménagement aura lieu à la fin de l'année 2019

Partager cet article

Repost0
29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 10:47

PSA : coup d'arrêt dans la progression des ventes et du chiffre d'affaires

Les immatriculations de PSA ont chuté de 15,7 % au premier trimestre 2019. Le groupe est plombé par ses résultats à l'international. Peugeot souffre particulièrement, alors qu'Opel se porte bien.

PSA vient de publier de mauvais résultat pour le premier trimestre 2019. Opel étant intégré à PSAdepuis l'été 2017, l'ajout des chiffres de l'allemand ne peut désormais plus masquer les difficultés du groupe français, les évolutions se faisant maintenant sur des bases identiques. 

Le groupe a livré 886 400 véhicules dans le monde, un bilan en baisse de 15,7 % par rapport à la même période de 2018. Peugeot souffre plus que les autres, avec une chute de 31,2 %, à 350 700 ventes. Citroën résiste mieux, avec 5,9 % de recul et 239 600 immatriculations. DS continue de creuser le fond, avec seulement 10 700 ventes et - 17,7 %. Les nouvelles sont en revanche meilleures pour Opel (et sa branche anglaise Vauxhall), en progression de 3,9 %, à 285 300 ventes.

Le groupe sauve les meubles en Europe, avec une hausse de 1,6 %. Sur le Vieux Continent, le bilan est sauvé par Citroën et Opel, qui ont augmenté de 4,5 et 5,5 %, alors que le lion a reculé de 2,9 %. Comme en 2018, c'est à l'international que PSA connaît d'énormes ratés.

Une fois de plus, le groupe met en avant l'arrêt des ventes en Iran, qui était son premier débouché international. Avec la licence Peugeot par Iran Khodro, le pays avait représenté 106 000 immatriculations au premier trimestre 2018. Mais sans prendre en compte l'Iran, le bilan de PSA de janvier à mars reste en forte baisse, à - 6,1 %. Car la situation reste catastrophique en Chine, avec des ventes en recul de près de 60 % ! Le groupe est en train de repenser ses joint-ventures dans l'Empire du Milieu. En Amérique Latine, le recul est de 30,1 %.

Conséquence, alors que les résultats financiers de PSA avaient battu des records en 2018, ils commencent mal 2019. Le chiffre d'affaires de la division automobile s'est établi au premier trimestre à 14,16 milliards d'euros. On note toutefois que sa baisse n'est que de 1,8 %, sauvé par les effets du "mix produits" et des prix. En clair, le groupe vend des modèles plus gros et plus onéreux.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 06:18

 

 
 

Le constructeur a tiré son épingle du jeu dans un marché en baisse.

Sur le plan commercial, Citroën a bien commencé l'année de son centenaire en Europe. Au premier trimestre, le constructeur au double chevron a vu ses ventes de VP et VUL grimper de 3,2%, sur un marché plutôt en berne (-2,3%). Avec 229'000 exemplaires écoulés, il a atteint une part de marché de 4,9% (en hausse de 0,3 point) et est passé de la huitième à la septième place du classement des marques. Il enregistre notamment une belle performance sur le marché du VP, où ses ventes ont grimpé de 5,8% quand la tendance globale était à la baisse (-3,2%). Selon ses dires, Citroën est la seule marque du Top 12 à progresser sur le marché européen du VP au 1er trimestre.

EMP2 : Citroën C4 Picasso, Peugeot 308, Opel Grandland X

La situation de Citroën en France

Dans l'Hexagone, qui reste son premier marché en Europe, Citroën a immatriculé 61'226 voitures sur le marché du VP au premier trimestre de l'année, soit une hausse de 10,3%. À titre de comparaison, et selon les chiffres du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles, Peugeot a écoulé 98'697 voitures durant la même période (-4,23%), Renault 102'065 (-4,3%) et Dacia 35'616 (+5,1%). Le modèle le plus populaire du constructeur reste la C3 (21'976 exemplaires), troisième véhicule le plus vendu en France derrière la Peugeot 208 et la Renault Clio. Le C3 Aircross, dixième du marché, a représenté 13'692 immatriculations, à comparer aux 20'033 Captur vendus par Renault. Viennent ensuite le nouveau C5 Aircross (vingtième, 6350 unités), la C4 Cactus (vingt-troisième, 5647 unités) et la C1 (vingt-sixième, 4901 unités). Le C4 SpaceTourer (4643 immatriculations) est vingt-huitième, juste derrière son rival le Renault Scénic.

Partager cet article

Repost0