Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 09:21

PORTRAIT DE DELEGUES :

 

Olivier BROCLY, 47 ans, à SEVELNORD depuis 1994 en tant qu’Opérateur en HC2 au Montage équipe verte, avant je travaillais dans un secteur différent que l’automobile, j’étais boucher dans un supermarché, je suis au SPI depuis 14 ans, j’ai un mandat de Délégué du Personnel  1 er collège, et je suis membre  de la Commission Cadeaux au Comité d’Entreprise

 

Les passions d’Olivier  : J’aime la Chasse et la pêche, je suis un amoureux de la nature.

 

Et pourquoi Olivier milites tu pour le SPI/GSEA : « Parce que c’est un syndicat indépendant et libre, au dessus de nous pas de politiciens pour nous donner des ordres, c’est un syndicat apolitique, même si au sein du SPI nous avons toutes les tendances politiques, on se respecte, et chacun apporte ses idées, c’est ce qui fait notre richesse. En plus j’aime rendre service aux salariés, j’aime la proximité, remonter à la direction les problèmes que rencontrent nos salariés sur les lignes »

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 06:35

Déclaration SPI/GSEA au CE de mars 2009

 

 

Le Comité de Surveillance du Groupe PSA Peugeot Citroën a démis Christian STREIFF de son mandat de Président du Conseil de Surveillance. Pourtant, en réponse aux rumeurs récurrentes qui pronostiquaient son futur remplacement, les démentis de la direction confirmaient régulièrement une totale confiance au Président sortant.

En pleine tempête, le groupe se sépare ainsi de son Président, après le départ largement commenté de plusieurs de ses lieutenants, pendant que le plan de redéploiement des emplois et compétences, initié par le DRH sortant se poursuit. Si CAP 2010 anticipé à 2009 et cash 2009 ont été les plans de bataille du Président sortant, chaque salarié du groupe en a été le contributeur.  

 

Les salariés sont abasourdis par la brutalité de l’annonce qu’ils ont apprise par les médias dimanche 29 mars. C’est la démonstration sans équivoque que la communication dans l’entreprise se doit d’être significativement améliorée. Une vague de rumeurs pessimistes a envahi les ateliers et bureaux à la reprise du travail du lundi. Cette situation et les inévitables effets dominos qui s’en suivront interpellent les salariés qui s’interrogent à nouveau sur leur avenir. Sevel pourrait devenir PSA ? Avons-nous la garantie d’avoir un nouveau véhicule ? FIAT envisage t’il de nous abandonner pour le créneau des monospaces.


Le communiqué officiel vante les mérites de Philippe VARIN, appelé à succéder à Christian STREIFF autour de ses capacités à avoir redressé un groupe en difficulté sur le plan industriel et financier. Ce communiqué occulte toutefois l’aspect social qui est une composante essentielle de la bonne marche et de la performance du groupe.

 

 

Pour le SPI/GSEA, il est urgent que la direction générale et les directions de site communiquent sur les orientations en matière de politique sociale. Dans ce contexte difficile, les craintes et les doutes sur l’emploi sont omniprésentes. Pour le SPI/GSEA, il faut que chaque salarié soit rassuré au plus vite et connaisse les nouvelles orientations qui seront décidées. Les salariés donnent déjà le meilleur d’eux-mêmes et redoutent que leur charge de travail s’accroisse avec l’arrivée d’un nouveau président qui se doit d’entendre leurs inquiétudes et besoins afin d’adapter une politique industrielle et sociale qui y réponde. La Direction de Sevelnord, mais aussi la Direction Générale doivent se positionner clairement sur l’avenir de notre site , filiale de PSA et de FIAT, pour cela nous demandons qu’une table ronde soit faite très rapidement entre vous ( Direction de Sevel et Direction Générale) et les organisations syndicales intéressées à Sevelnord.

 

Partager cet article

Repost0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 07:42

           Comité d’Entreprise

        du mardi 31 mars 2009

 

Ce comité d’entreprise s’est déroulé, en partie, en présence de notre directeur, N. Guibert, les principales annonces issues de son intervention sont réparties dans les différents items ci-dessous.

La déclaration faite par le SPI/GSEA est affichée dans les panneaux syndicaux.

 

1/ Données commerciales : (chiffres SPI/GSEA)

 

Marché Européen : - 20,6 % ; PSA – 25,8% ; Peugeot – 23,8 % ; Citroën – 22,7 % ; Fiat – 20,9 %

Marché Français : - 14,8 % ; PSA – 13,9 % ; Peugeot – 19,4 % ; Citroën -6,5 % ; Fiat – 11,6 %

 

Marché des monospaces : - 37,1 % : 1er Ford SMax  28,99 ; 2ème Ford Galaxy 17,02 % ; 3ème V 16,05

4ème Sharan/Alambra 14,71 ; 5ème Renault Espace.

 

En France, le 807 perd 57,5 % de février 2008 à février 2009… (- 38,5 % en Europe).

En France, le C8 perd 69,3 % de février 2008 à février 2009… (- 51,4 % en Europe).

 

Nicolas Guibert en réponse aux questions du SPI/GSEA : «  Fiat ne souhaite pas poursuivre la production du V au delà de Euro N5 soit en 2010 (…) Il n’y a pas de projet H8X, nous sommes toujours dans la question du remplacement comme en juillet dernier et le contexte n’est pas très favorable au remplacement du V par un véhicule équivalent ».

 

2/ Effectifs :

 

3356 salariés (3460 au 19 février), 3113 CDI (3133 au 19/02), 46 CDD (61), 126 CTT (182)

PREC : 454 contacts, 393 en cours, 55 dossiers clôturés dont 37 finalisés.

MOBILITE : 196 personnes en prêt sur d’autres sites (75 à Poissy, 51 à Aulnay, 32 à Vesoul, etc…).

Suite à l’action du SPI/GSEA, la direction a reconnu que l’hébergement sur Poissy n’était pas ‘digne’ et que dorénavant le RU accompagnant sera chargé de vérifier l’hôtel avant.

 

Nicolas Guibert «  Quand il y a trop de salariés, l’entreprise vend à perte et à terme l’entreprise disparaît (…) nous faisons des départs par le biais du PREC, autour de nous d’autres entreprises font des départs par des licenciements secs… ».

 

3/ Programme prévisionnel :

 

 

 

V

G9

Pour l’instant : pas de journées chômées prévues en avril, mai et juin.

 

La demande commerciale en V augmente temporairement sur 3 mois

Du 01 au 14/04

392 vh/j

90

302

Du 14 au 30/04

392 VH/j

118

274

MAI

392 vh/j

125

267

JUIN

392 vh/j

125

267

 

4/ Rémunération :

 

Le SPI/GSEA est intervenu

è Pour les anciens salariés de nuit qui n’ont pas perçu leur CPR : inadmissible car c’est un dû !

è Pour les salariés en déplacement afin qu’ils perçoivent leur avance avant leur déplacement !

è Pour les salariés qui se sont vu décompter des H- alors qu’ils étaient présents les jours chômés !

 

5/ Questions diverses :

 

  • Fin de la prestation de la société de gardiennage « Angellis » à partir d’avril (8 personnes).
  • Nicolas Guibert : « le stock G9 n’a pas baissé, il est toujours de l’ordre de 92 jours pour un nominal de 67, le stock de V est lui de l’ordre de 50 jours ».

 

6/ Informations de votre comité d’entreprise :

 

è L’ouverture de votre nouveau magasin CE situé à la restaurette est prévue pour semaine 17.

Enfin un magasin de proximité que le SPI/GSEA vous avait promis lors de sa campagne.

è Goûter/ spectacle  pour les 6/16 ans : le samedi 25 avril de 14 à 18h à la salle polyvalente.

Inscriptions les mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 de 12h15 à 14h au magasin CE

                                                                                             

                                                                                              Rejoignez le SPI/GSEA sur : http://spigsea.over-blog.com

Partager cet article

Repost0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 13:38

 
   
LES ACTIONS DE VOS DELEGUES DU SPI/GSEA  
   
 

HC3 poste mise en place tapis

 

Suite à l’équilibrage à 28vh/h, l’opération mise en place tapis avant et tapis arrière a été regroupée sur un même poste. De plus, ce poste a été chargé d’autres opérations !

Ce poste est reconnu par le DIR/MON comme le « point noir » du montage !

è Les délégués du SPI/GSEA, en collaboration avec les moniteurs et l’équilibreur du secteur ont réussi à déplacer une partie des opérations supplémentaires.

è Les membres du CHSCT SPI/GSEA sont venus constater les conditions de travail et analyser les risques ergonomiques (port de charge important sur chaque véhicule).

è Le SPI/GSEA a pu constater de visu l’absence complète de rotation sur ce poste (absence de rotation qui se constate sur l’ensemble du montage !) : des formations ont été crées depuis mercredi afin d’assurer une rotation sur le poste « tapis ».

 

Au vu du poids des tapis, les délégués du SPI/GSEA exigent la création d’un poste supplémentaire !

Le SPI/GSEA exige également le retour des rotations sur l’ensemble des postes lourds du montage.

 

 Coordination Production : DGI (Danger Grave et Imminent)

 

Le 11 février, l’ensemble des parcs de stockage véhicules était sous l’emprise d’un très fort verglas. Les délégués CHSCT du SPI/GSEA, interpellés par les salariés de MGV face à un risque évident d’accident, ont exercé leur droit de retrais puis ont déposé un DGI.

è Désormais en cas de retard de sablage (pas d’alerte météo) des zones prioritaires ont été définies, zones qui seront traitées en premier lieu (sortie protex, parc ST, d’expédition, FI et IN).

è Des sacs de sel sont mis à disposition dans les zones concernées en cas de besoin urgent.

 

MISSIONS SUR POISSY

 

Les délégués SPI/GSEA sont intervenus dès lundi 23 mars concernant nos salariés en déplacement à Poissy afin qu’ils obtiennent des logements décents (chambres d’Hôtel indécentes…).

Suite à une nouvelle intervention des délégués SPI/GSEA peinture (28mars), les salariés en mission sur Poissy vont recevoir des cartes téléphoniques (pas de téléphones dans l’Hôtel…) ainsi qu’un virement d’avance (fait vendredi). De plus RH va se déplacer à Poissy afin de trouver un logement digne de ce nom pour le reste du personnel en mission qui n’en a pas encore trouvé.

 

HC2 suite à l’équilibrage

 

Les opérateurs du secteur se plaignaient d’une mauvaise répartition des opérations (ex : servantes 13D et 13G, serrage moteur essuie glace, faisceau rupteur  droit, boitier piro).

Les délégués du SPI/GSEA ont rencontré dès lundi 23 le DIR/MON qui s’est engagé à solder les principaux problèmes avant vendredi.

Suite à l’action des délégués SPI/GSEA et au travail des améliorateurs, opérateurs, moniteurs  et RU, un poste supplémentaire à été créé jeudi 26, poste qui permet également de lisser des opérations non seulement sur le secteur HC2 mais aussi vers les secteurs en amont et aval.

D’autres opérations de lissage sont prévues, les délégués du SPI/GSEA resteront vigilants à la répartition.

 

FERRAGE SECTEUR V

 

Les délégués CHSCT du SPI/GSEA ont constaté une multitude d’anomalies du réseau électrique (fils dénudés, arrachés, fils non cheminés, etc…) qu’ils ont fait constater au service prévention et au DIR/FER qui s’est engagé à rectifier dans les plus brefs délais (des actions ont été soldées le jour même). De plus, les délégués du SPI/GSEA vont rapatrier un escalier inutilisé stocké au montage afin de réparer l’escalier maintenance dans ce secteur.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 12:07

Les actions des délégués SPI/GSEA à SEVELNORD

 

HC3 poste mise en place tapis

 

Suite à l’équilibrage à 28vh/h, l’opération mise en place tapis avant et tapis arrière a été regroupée sur un même poste. De plus, ce poste a été chargé d’autres opérations !

Ce poste est reconnu par le DIR/MON comme le « point noir » du montage !

è Les délégués du SPI/GSEA, en collaboration avec les moniteurs et l’équilibreur du secteur ont réussi à déplacer une partie des opérations supplémentaires.

è Les membres du CHSCT SPI/GSEA sont venus constater les conditions de travail et analyser les risques ergonomiques (port de charge important sur chaque véhicule).

è Le SPI/GSEA a pu constater de visu l’absence complète de rotation sur ce poste (absence de rotation qui se constate sur l’ensemble du montage !) : des formations ont été crées depuis mercredi afin d’assurer une rotation sur le poste « tapis ».

 

Au vu du poids des tapis, les délégués du SPI/GSEA exigent la création d’un poste supplémentaire !

Le SPI/GSEA exige également le retour des rotations sur l’ensemble des postes lourds du montage.

 

 Coordination Production : DGI (Danger Grave et Imminent)

 

Le 11 février, l’ensemble des parcs de stockage véhicules était sous l’emprise d’un très fort verglas. Les délégués CHSCT du SPI/GSEA, interpellés par les salariés de MGV face à un risque évident d’accident, ont exercé leur droit de retrais puis ont déposé un DGI.

è Désormais en cas de retard de sablage (pas d’alerte météo) des zones prioritaires ont été définies, zones qui seront traitées en premier lieu (sortie protex, parc ST, d’expédition, FI et IN).

è Des sacs de sel sont mis à disposition dans les zones concernées en cas de besoin urgent.

 

MISSIONS SUR POISSY

 

Les délégués SPI/GSEA sont intervenus dès lundi 23 mars concernant nos salariés en déplacement à Poissy afin qu’ils obtiennent des logements décents (chambres d’Hôtel indécentes…).

Suite à une nouvelle intervention des délégués SPI/GSEA peinture (28mars), les salariés en mission sur Poissy vont recevoir des cartes téléphoniques (pas de téléphones dans l’Hôtel…) ainsi qu’un virement d’avance (fait vendredi). De plus RH va se déplacer à Poissy afin de trouver un logement digne de ce nom pour le reste du personnel en mission qui n’en a pas encore trouvé.

 

HC2 suite à l’équilibrage

 

Les opérateurs du secteur se plaignaient d’une mauvaise répartition des opérations (ex : servantes 13D et 13G, serrage moteur essuie glace, faisceau rupteur  droit, boitier piro).

Les délégués du SPI/GSEA ont rencontré dès lundi 23 le DIR/MON qui s’est engagé à solder les principaux problèmes avant vendredi.

Suite à l’action des délégués SPI/GSEA et au travail des améliorateurs, opérateurs, moniteurs  et RU, un poste supplémentaire à été créé jeudi 26, poste qui permet également de lisser des opérations non seulement sur le secteur HC2 mais aussi vers les secteurs en amont et aval.

D’autres opérations de lissage sont prévues, les délégués du SPI/GSEA resteront vigilants à la répartition.

 

FERRAGE SECTEUR V

 

Les délégués CHSCT du SPI/GSEA ont constaté une multitude d’anomalies du réseau électrique (fils dénudés, arrachés, fils non cheminés, etc…) qu’ils ont fait constater au service prévention et au DIR/FER qui s’est engagé à rectifier dans les plus brefs délais (des actions ont été soldées le jour même). De plus, les délégués du SPI/GSEA vont rapatrier un escalier inutilisé stocké au montage afin de réparer l’escalier maintenance dans ce secteur.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 10:15

Le conseil municipal de Cambrai a commencé avec quelques minutes de retard. Une délégation syndicale SPI/GSEA de chez Sevelnord à Hordain, s'est invitée. Gilet jaune sur le dos, banderole et tracts en main, une vingtaine de représentants syndicaux du SPI/GSEA se sont invités à la séance. Un appel aux politiques a ensuite été lu et distribué aux élus « pour qu'ils puissent remonter notre peur », confie l'un d'eux. « Seuls les politiques peuvent sauver l'industrie automobile des milliers de licenciements qui la menace à très court terme. » Patrick Prudhomme, secrétaire syndical a rappelé que la filière automobile de la région concerne 31 338 emplois salariés directs et près de 100 000 emplois indirects. La filière qui est aussi la plus touchée par la crise avec plusieurs périodes de chômage technique, des fins de contrats temporaires, une baisse de 45 % des volumes de production, des plans sociaux en cours chez les fournisseurs...

Une délégation du Syndicat professionnel indépendant - Groupement des syndicats européens de l'automobile (SPI-GSEA) de Sevelnord venue de Lieu-Saint-Amand, près de Bouchain... «  Nous n'avons pas envie que nos emplois disparaissent ! », clame Sebastiano, salarié de l'usine. Des représentants de l'organisation ont ainsi été reçus en sous-préfecture pour parler de la crise économique que la société subit de plein fouet. «  Entre 400 et 600 personnes de Cambrai travaillent dans l'usine, explique Patrick Prudhomme, secrétaire du syndicat. C'est donc pour cette raison que nous nous sommes rendus en sous-préfecture de Cambrai. Nous avons expliqué que les salariés n'avaient aucune vision, à ce jour, de ce qui allait se passer. Le bastion de l'automobile est en danger. Le sous-préfet, Alain Rousseau, a pris note de nos remarques et elles seront transmises en haut lieu. » «  De toute façon, nous allons continuer nos actions », prévient Patrick Prudhomme. Comme beaucoup d'autres manifestants d'ailleurs, certains que la rue «  va encore sévir ».   

  
                              

Pour le SPI/GSEA, seuls les politiques peuvent (et doivent) intervenir pour la sauvegarde de l’emploi dans l’industrie automobile

Pour cela, le SPI/GSEA a :

è Envoyé de nombreux courriers aux élus de la région.

è Rencontré le président de l’agglomération du Hainaut-Valenciennois, des maires, des députés, des Euros-députés…

è Dernièrement (lundi 22 mars) le SPI/GSEA a été reçu par Luc Chatel ministre délégué à l’industrie et l’économie.

A chaque fois, le SPI/GSEA a fait part de ses craintes sur l’avenir de l’emploi dans l’industrie automobile et plus précisément pour notre usine Sevelnord afin qu’elle ne se retrouve pas dans la situation d’Heuliez ou Chausson Creil…

   

Partager cet article

Repost0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 14:50

Le président du groupe, Christian Streiff, a annoncé mercredi qu'en 2009 et 2010, "chaque usine française se verra confier la construction d'un ou plusieurs nouveaux modèles et tous les nouveaux modèles seront produits en France", lors d'une audition au Sénat devant les commissions des Finances et des Affaires économiques .
M. Streiff a réaffirmé que PSA n'avait "pas l'intention de fermer d'usine en France" et qu'il n'y aurait "pas de plan de licenciement en France en 2009".
Voilà pour les bonnes nouvelles.

Pour les mauvaises nouvelles, M Streiff pense que le marché européen était soutenu par la prime à la casse dans trois pays (France, Allemagne, Italie), mais que globalement, il continuait "à être en baisse d'environ 30% par rapport à l'année dernière" et qu'il " ne voyait pas de changement dans la situation commerciale de l'Europe".
Il s'est dit aussi "très attentif à l'évolution de la situation (des) fournisseurs" du groupe, qui est "le problème numéro un à l'heure actuelle". Le groupe PSA suivrait  85 de ces fournisseurs avec une "attention toute particulière" compte tenu de leurs difficultés.

Autant dire, que pour l'industrie automobile dans son ensemble, le plus dur est encore devant elle.

 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 11:22

Relancer l’achat de voitures neuves par la mise en place de la TVA sociale, d’une baisse significative des taux d’emprunt et le départ en retraite anticipé : propositions du SPI/GSEA

 

Rappel : Le secteur automobile est le secteur le plus impacté par la crise que nous subissons.

Le marché Européen de véhicules neufs (27 pays) à baissé de 26,5 % en décembre 2008 et de 28,2 % en janvier 2009 entrainant les constructeurs et leurs nombreux sous-traitants dans une spirale infernale de réduction des volumes produits et cela soit par du chômage technique, soit par des coupures de volumes.

Pour Sevelnord, nous disposons à mi-mars, d’un stock d’avance de 92 jours de fabrication sur l’ensemble de notre gamme d’utilitaires !

Dans l’absolu, Sevelnord pourrait se permettre de cesser toute production pendant 4 mois sans que les concessions de vente soient en rupture !

Depuis le 16 mars, Sevelnord ne produit plus que 28 véhicules/heure au lieu des 40vh/h habituels, et pourtant cette réduction ne suffît pas à faire baisser les stocks !

 

1/ La TVA sociale : transférer sur une TVA sociale (selon les mêmes mécanismes que la TVA et avec des taux à préciser) tout ou partie des charges sociales qui pèsent aujourd'hui sur le prix de revient des entreprises et nuisent à leur compétitivité.

  • Intérêts :
  • Réduire les déficits publics en appliquant ce transfert aux retraites des fonctionnaires qui ne seraient plus financées par le budget de l'État ;
  • Rendre plus compétitif le travail en en diminuant fortement le coût, de ralentir ainsi le remplacement de l'homme par la machine et de rendre moins rentables les délocalisations (deux cibles importantes pour l’industrie automobile)
  • Faire baisser fortement le prix des produits exportés (qui sont vendus hors TVA).
  • Faire participer les producteurs étrangers à notre propre protection sociale en taxant les produits importés, de plus en plus abondants; le flux préoccupant des délocalisations en serait ralenti.
  • Faire participer l'ensemble des consommateurs, en élargissant l'assiette du prélèvement...

Pour le secteur de l’automobile, cette TVA sociale ne peut que doper les ventes, notamment vers l’étranger et rééquilibrer la concurrence vis-à-vis des pays qui appliquent déjà ce système (ex : Allemagne).

 

2/ Baisser le coût du crédit : Le SPI/GSEA propose d’aller au delà des propositions de taux bonifiés pour l’achat de voitures neuves :

 

  • Accorder aux deux sociétés de crédit liées aux constructeurs nationaux, Renault Financement et Crédipar (PCA) une aide consentie par l’état ou l’Europe de financement à hauteur de 1,5%.
  • En contre partie, ces deux sociétés de crédit s’engagent à consentir des prêts aux particuliers sur la base du taux consenti par l’état ou l’Europe.

 

Pour le SPI/GSEA, la crise que nous vivons est avant tout une crise du financement.

Redonner du pouvoir d’achat aux acheteurs de véhicules neufs, c’est libérer une partie du goulot d’étranglement qui pénalise l’industrie automobile mais aussi l’ensemble du secteur marchand.

 

3/ Anticiper le départ en retraite des « séniors » de l’industrie automobile :

 

  • En accordant une dérogation spécifique à l’industrie automobile (fabricants et sous-traitants) qui permettrait le départ à taux plein des salariés à partir de 56 ans (avec 40 ans de cotisations validées), salariés qui ont connu des conditions de travail souvent pénibles (contraintes de postes, nuits, travail à la chaine…).
  • En cas de reprise économique cet accord pourra être modifié sur la base d’une embauche pour un départ.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 15:49

Luc CHATEL : Secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation, auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, porte-parole du Gouvernement, a donc recu en début d'aprés midi ce lundi 23 mars 2009 une délégation du SPI/GSEA composée de madame LUIZ Anabelle, Délégué du Personnel, monsieur Hervé Vallez Délégué Syndical, monsieur Jean Charles Masclef Secretaire du Comité d'Entreprise et monsieur Patrick Prudhomme Secretaire du SPI/GSEA à la Sous Prefecture de DOUAI.

Nous lui avons relaté les problémes  de la crise que subit de plein fouet l'industrie automobile et en particulier l'usine de SEVELNORD, 1 er employeur du Valenciennois, nos craintes pour la sauvegarde de nos emplois, SEVELNORD ne devant pas devenir CHAUSSON CREIL usine qui produisait des utilitaires pour le groupe PSA et qui a complétement disparu du milieu industriel dans les années 1990. Nous lui avons  aussi montré nos craintes comment allons nous faire en cas de reprise importante , serons nous prêt avec les 350 suppressions d'emplois basés certes pour l'instant sur le volontariat, de la modification des structures industrielles internes à SEVEL , des problémes de nos sous traitants à gérer une  éventuelle relance.

A l'issu de notre rencontre nous avons remis un courrier au Ministre , sur des propositions du SPI/GSEA concernant la relance de notre industrie. Basé sur  3 points :

== La TVA social
== Coût du credit pour l'achat des véhicules
==  Le Départ des Seniors

Ce courrier sera disponible demain sur le blog.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 20:38
Dimanche 22 mars 2009, à 20H des salariés de SEVEL en déplacement ont interpellé le SPI/GSEA concernant leur arrivée en région parisienne

DEGUELASSE et HONTEUX !

 

Du personnel de Sevel a accepté de partir pour plusieurs mois sur POISSY dans le cadre du plan PREC.

 

Ce dimanche 22 mars 2009, celui-ci est arrivé dans un hôtel  qui coute plus cher que le forfait prévu, un hôtel qui ressemble plus à un accueil pour SDF que pour nos ouvriers, même la sécurité du véhicule prêté par la direction n’est pas assurée : pour vous dire, un hôtel situé a 20 km du centre de POISSY, ils sont dans un hôtel qui a reçu les réservations vendredi dernier !  Je ne parle pas non plus des avances sur salaires lancées à la dernière minute.

 

Encore une fois la direction INCOMPETENTE  est incapable de gérer cette crise que nous subissons.

 

Le SPI/GSEA demande en urgence de loger dignement nos salariés.

 

Ce type d’agissement sera bien sur abordé demain lors de notre rencontre avec le Ministre.

 

 

Partager cet article

Repost0