Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 11:10

Ce jeudi matin, et jusqu'à vendredi, le gouvernement va échanger avec les syndicats et les organisations professionnelles sur deux thèmes qui divisent.

 

La grand-messe du social. C'est la deuxième depuis l'arrivée de François Hollande au pouvoir, il y a un peu plus d'un an. En juillet, on y avait parlé d'emplois d'avenir, de contrats de génération, de formation... Dans un climat relativement serein, avec un gouvernement porté par le vent de la victoire. Las. Le soufflé est retombé, malgré la mise en musique de certains dispositifs annoncés et d'une loi de sécurisation de l'emploi.

 

Le chômage qui n'arrête pas de grimper (3,26 millions en catégorie A fin mai) a tout balayé sur son passage. Le président de la République inaugure ce matin, à 11 h 30, au Palais d'Iena à Paris, la deuxième grand-messe, renommée Grande conférence sociale pour l'emploi, pour bien situer l'enjeu. Avant, il aura reçu pendant trois heures les représentants des cinq grands syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) et des trois organisations patronales (Medef, CGPME, UPA). Vendredi après-midi, à l'issue des travaux, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault donnera sa feuille de route aux partenaires sociaux.

 

Six dossiers sur la table. Six tables rondes sont au menu de ces deux jours, chacune présidée par une ou un ministre. Les thèmes de travail retenus ? « Mobiliser pour l'emploi et la formation professionnelle » ; « Améliorer les conditions de travail, prévenir les risques et protéger la santé des salariés » ; « Développer les filières et anticiper les emplois de demain » ; « Assurer l'avenir des retraites et de notre protection sociale » ; « Moderniser l'action publique pour conforter notre modèle de service public » ; « Relancer l'Europe sociale ».

 

Des partenaires sociaux en ordre dispersé. Cela n'étonnera personne : les grandes familles syndicales et patronales ne viennent pas à cette conférence avec les mêmes attentes. Le patronat a bien du mal à se mettre d'accord. Même si, pendant la conférence, le Medef, la CGPME et l'UAP présenteront au gouvernement une position commune sur la représentativité patronale, qu'ils ont eu du mal à boucler.

 

De leur côté, les syndicats sont divisés. La CGT et FO ruminent toujours contre l'accord sur la sécurisation de l'emploi signé en janvier. La CFTC, la CFE-CGC et la CFDT sont plus ouvertes. Mais, là encore, les choses vont être compliquées. Pour le Medef et sa présidente, Laurence Parisot, « le sujet le plus important », c'est la réforme des retraites.

 

Pour la CFDT, c'est l'emploi... Une certitude : les retraites seront sur le devant de la scène. Les préconisations du rapport Moreau, boîte à outils de la future réforme, ne font pas l'unanimité. La conférence sociale va être, pour le gouvernement, l'occasion de mesurer les forces en présence.

 

Et pour bien la démarrer, le quotidien Les Échos croit savoir qu'un milliard supplémentaire sera consacré au budget 2014 de l'emploi (9,7 milliards prévus).

Partager cet article

Repost0

commentaires