Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 13:28

Depuis sa création, Sevelnord encourage ses salariés à porter un regard critique sur leur travail pour ensuite proposer des améliorations. Chaque année, des centaines d’ouvriers se prêtent au jeu et des dizaines d’idées d’amélioration sont retenues et appliquées.

 

Bien plus qu’un gadget, une nécessité. En effet, explique la direction de Sevelnord, « la performance de notre outil industriel est un des éléments qui conditionnent la compétitivité de notre entreprise. Cette performance est étroitement liée à l’implication des hommes et des femmes dans les démarches de progrès ».

 

Ainsi, toute observation ou idée susceptible d’engendrer un progrès peut faire l’objet du dépôt d’une amélioration permanente, une « Amper » dans le jargon de l’entreprise. Le dépôt d’une Amper est ouvert à tous les membres du personnel ouvrier, en CDI, CDD ou intérim. Lorsqu’une Amper est retenue, elle est non seulement appliquée dès que possible, mais donne lieu à une gratification forfaitaire pouvant aller jusqu’à 1 524 euros brut.

 

Depuis le début de l’année 2013, 1 305 salariés ont déposé une Amper, individuellement ou en équipe. 129 idées ont été valorisées à hauteur de 199 € et 32 à hauteur de 1 524 euros.

 

Au premier semestre, 4 055 Amper ont été appliquées, 2 367 l’auront été au second semestre.

 

Vendredi, quelques-uns des salariés dont l’Amper a été retenue ont été récompensés, soit quarante-deux personnes.Le directeur du site, a rappelé combien « il est important que cette machine du progrès fonctionne le plus possible », notamment dans la perspective de la production du K-zéro, le futur utilitaire léger du groupe PSA. « Continuez à être des porte-paroles sur le bien-fondé de cette démarche qui contribue à nous faire progresser », a-t-il encouragé.

 

La cérémonie de mise à l’honneur des salariés primés a été l’occasion, pour ces derniers, d’expliquer leur démarche à leurs collègues : identification d’un dysfonctionnement, recherche d’une solution, mise en application de celle-ci.


Les améliorations apportées sont très diverses. Elles concernent aussi bien la transmission d’informations dans les ateliers, que l’ergonomie, la sécurité ou encore l’efficacité des pièces. Elles ont aussi contribué à la réduction de certains coûts, à celle de l’émission de déchets, et à des gains de temps.

 

Cerise sur le gâteau, certaines idées ont fait tache d’huile, comme celle émise par Daniel Dislaire, responsable de l’animation du traitement des défauts au sein du service qualité : elle vise à améliorer le signalement de défauts constatés à chacune des étapes de la production. « Cela a démarré dans un petit secteur du montage, explique  le directeur qualité. Nous l’avons ensuite appliquée à l’ensemble du montage. À la fin du mois, nous l’appliquerons au ferrage et, en mars, à la peinture. »

Partager cet article

Repost0

commentaires