Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 17:14

Renault et PSA fâchés avec la Bourse en 2011

 

Les stratégies long terme et les dernières prises de décision de PSA et de Renault ont du mal à satisfaire les investisseurs.

 

Depuis le début de l’année, PSA Peugeot Citroën a vu son action divisée par deux. Le 27 décembre, à la clôture, sa valeur était exactement en recul de 56,4% sur l’année. Son concurrent Renault fait un peu mieux et amortit la chute à 38,3%.

Plus globalement, l’indice européen de la filière baisse pour sa part d’un quart environ sur l’année. Preuve que les constructeurs français n’ont pas été les seuls à encaisser d’importants reculs. Fiat par exemple voit son cours reculer de 45,5% depuis janvier.

Malgré tout, selon les analystes, les constructeurs français sont marqués par une surexposition sur un marché déjà mature, qui est en retrait. En effet, les trois grandes marques françaises payent l’arrêt de la prime à la casse en janvier dernier et la chute des ventes des modèles concernés par ce bonus, cœur de cible de trois constructeurs.

Pour éviter d’être trop dépendants des marchés français et européens, les deux groupes ont cherché à s’internationaliser, notamment concernant leurs ventes. A un rythme pourtant trop lent, selon les experts. Même si Renault s’en sort légèrement mieux grâce à son alliance avec Nissan.

Renault  et PSA

A cela s’ajoute pour PSA Peugeot Citroën des annonces négatives à compter de septembre, avec notamment l’annonce d’un plan d’économies de 800 millions d’euros en Europe en 2012 et des suppressions de postes surtout en France. Quant à Renault, il a été affecté en début d’année par une crise interne avec une pseudo-affaire d’espionnage. Sans compter que les deux constructeurs ont subi comme tous les constructeurs des difficultés d’approvisionnement du fait du séisme au Japon.

La situation des deux constructeurs s’est pourtant inversée par rapport à l’année dernière. En décembre 2010, PSA s’en sortait mieux sur les marchés financiers, car il assurait vouloir monter en gamme et donner plus de visibilité à ses deux marques. Cette année, c’est Renault qui semble changer la donne, avec son nouveau plan stratégique basé notamment sur le véhicule électrique.

Les marques allemandes moins touchées

Mais en Europe, la situation n’est pas négative pour tout le monde. Les observateurs estiment que les allemands s’en sortent mieux, comme par exemple Volkswagen dont le cours ne chute que de 2,9% en 2011. Une conséquence de leur positionnement sur les marchés émergents, notamment la Chine et l’Amérique latine.

C’est d’ailleurs en s’appuyant sur ces performances que les analystes estiment que malgré la menace d’une récession  le marché européen ne devrait pas connaitre une contraction aussi forte qu’en 2008, année symbole de la crise de l’automobile dans le monde. Selon eux, les industriels sont préparés et gèrent mieux leurs stocks par exemple pour ajuster leur outil industriel en fonction des évènements.

Partager cet article

Repost0

commentaires