Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 08:47

Renault se retrouverait lui-même en difficulté si son concurrent PSA Peugeot Citroën rencontrait de sérieux problèmes, car les deux groupes ont beaucoup de fournisseurs en commun, a déclaré dimanche le président-directeur général de l'alliance Renault-Nissan .

 

"Nous n'avons aucun intérêt à ce que PSA soit en grande difficulté, pour une raison très simple, c'est que nous partageons beaucoup de fournisseurs", a déclaré Carlos Ghosn dans un entretien diffusé sur RTL.

 

Si ces fournisseurs se retrouvaient en difficulté parce que PSA ou un autre constructeur automobile voyait ses ventes ou sa production baisser, "nous serions nous-mêmes en difficulté", a-t-il souligné.

 

Les groupes automobiles, qui ont souvent adopté des systèmes de chaîne d'approvisionnement à flux tendus pour réduire les coûts des stocks, se sont retrouvés par le passé dans des situations où leurs chaînes de production ont été arrêtées parce qu'un ou plusieurs fournisseurs étaient dans l'incapacité de produire des pièces. Ce fut notamment le cas lorsque les équipementiers japonais ont dû interrompre leur production au lendemain du séisme et du tsunami de 2011.

 

Ce cas de figure et d'autres événements ont conduit les constructeurs automobiles à élaborer des plans d'urgence pour trouver d'autres sources d'approvisionnement et pouvoir continuer de produire.

 

Le conseil de surveillance de PSA doit se réunir le 18 février pour prendre une décision sur un plan prévoyant l'entrée de l'Etat français et du groupe automobile chinois Dongfeng Motor Group (0489.HK) à son capital, par le biais d'une augmentation de capital de 3 milliards d'euros. L'Etat et Dongfeng obtiendraient une participation égale dans le capital du constructeur, aux côtés de la famille Peugeot, qui contrôle actuellement le groupe.

 

Carlos Ghosn, qui dirige également le constructeur japonais Nissan, a déclaré ne pas estimer qu'une alliance plus étroite entre PSA et Dongfeng constituait un risque pour Renault. Lorsque Nissan a créé une coentreprise avec Dongfeng en 2003, le groupe chinois était déjà en partenariat avec Honda, un autre constructeur automobile japonais, a noté le dirigeant, ajoutant que Dongfeng s'était montré exemplaire en cloisonnant ses intérêts dans Nissan et dans Honda.

Partager cet article

Repost0

commentaires