Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 11:36

Le plan de restructuration mardi, les résultats financiers (- 5 milliards d’euros) mercredi, un médiateur jeudi et un comité central d’entreprise vendredi… Le groupe PSA Peugeot Citroën a, une nouvelle fois, dominé l’actualité sociale.

 

La semaine s’est achevée avec la réunion, ce vendredi, d’un comité central d’entreprise extraordinaire qui a entériné des mesures de mobilité temporaire pour le personnel de l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Une décision demandée par une majorité d’organisations syndicales inquiètes de la situation de « violence » sur le site de Seine-Saint-Denis paralysé par une grève à l’appel de la CGT, soutenue localement par la CFDT.

 

Par 18 voix pour (5 CFE-CGC, 5 FO, 3 CFDT, 3 SIA, 2 CFTC) sur 20 votants, la CGT votant contre, les salariés volontaires de l’usine d’Aulnay peuvent donc aller travailler sur le site de Poissy.

 

Selon les déclarations de Denis Martin, directeur industriel de PSA, à l’issue du CCE, 300 salariés de l’usine de la région parisienne, dont la fermeture est prévue en 2014, et une centaine du site de Rennes se sont, en à peine deux jours, portés volontaires à la mobilité. « Il n’est pas question de fermer le site d’Aulnay avant la date prévue de 2014 », a encore souligné Denis Martin, précisant que « ces dispositions de mobilité temporaire n’entrent pas dans les dispositions négociées dans le plan de restructuration ».

 

 

Jeudi, le ministre du Travail, Michel Sapin, avait chargé le directeur départemental du travail de la Seine-Saint-Denis, Marc Leray, d’une mission de médiation pour « renouer le dialogue social » dans l’usine.

Partager cet article

Repost0

commentaires