Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 20:08
Mauvaise passe. PSA Peugeot-Citroën a chuté lourdement au cours du premier trimestre, en France, son marché domestique, comme en Europe où le groupe réalise 56 % de ses ventes. Le chiffre d'affaires de 14,3 milliards a reflué de 7 %. Encore heureux que les filiales Faurecia (équipements), Gefco (logistique) et PSA Finance (banque) aient limité la casse dans une situation qui reste « très préoccupante » sur le second trimestre, selon l'expression du PDG, Philippe Varin. Préoccupante pour tout le monde sauf peut-être pour les constructeurs allemands. Renault et Fiat sont tout particulièrement à la peine sur un marché que PSA voit reculer de 5 % sur l'année en Europe, et même 10 % en France.
 

 

 

Coup de frein sur les salaires des dirigeants. Autant dire que l'heure n'est pas aux largesses dépensières. Les économies maison pour un milliard et les cessions d'actifs pour 1,5 milliard sont enclenchées et il n'y aura pas de marche arrière, sur la vente du loueur Citer, du siège social parisien, et la vente partielle de Gefco. Pour prêcher l'exemple, les membres du directoire ont aussi décidé de renoncer à la part variable de leur rémunération au titre de 2011. Philippe Varin ne touchera donc « que » la part fixe de son salaire, à savoir 1,3 million d'euros. Il faut savoir que la part variable pouvait représenter 150 % du fixe.

 

 

Fermer Aulnay-sous-Bois ? Pour recoller aux meilleurs, PSA compte dès cette année sur le lancement commercial de la 208 et plus structurellement sur l'alliance avec l'américain General Motors. Mais avec un outil de production surcapacitaire de 20 %, la question d'une fermeture d'usine risque de ressurgir dès le 7 mai. L'usine d'Aulnay-sous-Bois, qui fabrique un modèle C3 en rupture de clients, est plus que jamais sur la sellette. Ainsi que le site de Sevelnord (utilitaires). En fait, au-delà de PSA, c'est toute la filière automobile européenne qui se retrouve en crise, notamment sur son amont équipementier. Comme en témoigne, entre autres, le placement en règlement judiciaire de Sealynx, le fabricant de joints d'étanchéité dans l'Eure. Avec 550 emplois en jeu.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires