Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 09:28

Le titre Peugeot a plongé de 7% ce mercredi, de retour sur les 14 Euros, à 14,06 euros. La volatilité du titre qui progressait initialement de 3% après la publication des résultats 2011 a été très forte, alors que le Président de PSA, Philippe Varin, n'a pas communiqué de prévisions financières pour 2012 en précisant que "le marché demeure difficile à lire"...

 

Le dirigeant a prévenu que "le premier semestre sera très difficile", notamment en raison de l'impact du lancement commercial de la Peugeot 208 prévu le 29 mars. Philippe Varin a donc souligné que la contribution des ventes de 208 ne se fera sentir qu'en fin de premier semestre et surtout au deuxième semestre. "Il en va de même avec la Citroën DS5 et les hybrides, 2012 sera donc une année déséquilibrée", a ajouté Philippe Varin. PSA prévoit en 2012 un marché automobile en baisse de 5% en Europe mais en croissance d'environ 7% en Chine, 6% en Amérique Latine et 5% en Russie.

 

Face à une dette nette qui a fortement augmenté de 1,24 Milliard d'Euros fin 2010 à 3,26 MdsE fin 2011, la décision de se séparer d'une partie du patrimoine immobilier a été officialisée par le groupe ce matin. L'agence Moody's a d'ailleurs placé ce mercredi la notation du groupe ('Baa3' à long terme) sous surveillance négative. Moody's conclura cette mise sous surveillance qui risque donc d'aboutir à une baisse de la notation de Peugeot d'ici les deux prochaines semaines. Moody's souligne notamment la dépendance de PSA aux marchés français, italien et espagnol qui s'annoncent encore difficiles en 2012.

 

Sur un programme de cessions d'actifs global d'environ 1,5 Milliard d'Euros dont 440 ME ont déjà été obtenus début 2012 de la cession des activités de location Citer, PSA espère encaisser environ 500 Millions d'Euros avec la vente de biens immobiliers. Il s'agit pour PSA de récupérer du cash dans une conjoncture où la division automobile est justement très consommatrice de cash-flows, tout en profitant d'un timing intéressant au niveau des prix de l'immobilier, à Paris en particulier. Le groupe n'a pas précisé quels biens seront mis en vente mais une adresse paraît incontournable compte tenu des montants en jeu, il s'agit du siège parisien situé sur l'Avenue de la Grande Armée, à côté de la Porte Maillot. Moins prestigieux, le quartier général de la marque Citroën, situé derrière le périphérique parisien à l'extrême nord du 17ème arrondissement, serait également sur la liste, sa vente ayant déjà été évoquée par les syndicats fin 2011. Ces biens sont susceptibles d'intéresser des sociétés foncières étant donné que PSA serait amené à louer ces bâtiments une fois leur vente conclue.Le groupe a également décidé d'ouvrir le capital de la filiale de logistique automobile Gefco, une opération qui devrait rapporter un peu plus de 500 ME.

 

Interrogé par les analystes sur les problèmes structurels de rentabilité de PSA sur les segments A et B, Philippe Varin a rappelé que le marché européen reste en surcapacité industrielle et a reconnu qu'une réduction des capacités est inévitable sur le segment B. "Nous sommes en train de réfléchir à ce qu'il convient de faire en fonction du cycle de vie des produits", a affirmé le dirigeant.

 

Au sujet de la capacité d'emprunt auprès de la BCE de la filiale de financement Banque PSA, le nouveau Directeur Financier de PSA, Jean-Baptiste de Chatillon, a précisé être en discussions concernant le montant de nantissement (collatéral) qui pourrait être de 1 Milliard d'Euros avec la possibilité de doubler le montant des garanties ultérieurement s'il devait y avoir une nouvelle distribution de facilité de crédit.

 

Questionné sur une éventuelle évolution de la stratégie d'alliance avec d'autres constructeurs automobiles, Philippe Varin a répondu que la position du groupe n'avait pas changé en rappelant les trois conditions nécessaires à une alliance : qu'elle soit cohérente en terme de stratégie

Partager cet article

Repost0

commentaires