Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 13:58

PSA Peugeot Citroën envisage de mettre en sommeil une partie des capacités de production de ses usines de Mulhouse (Haut-Rhin) et Poissy (Yvelines). Le constructeur souhaite ainsi rétablir la rentabilité de son activité en Europe, face à un marché automobile en berne.

 

"En deçà de 250.000 unités sur un site, la question de l'optimisation des flux de production se pose", a expliqué un porte-parole du constructeur.

 

"Dans la poursuite des échanges sur le nouveau contrat social, des discussions avec les organisations syndicales vont avoir lieu en toute transparence dans les mois qui viennent", a-t-il ajouté, refusant de confirmer la réduction des capacités de production de l'une ou l'autre des usines.

 

Mulhouse et Poissy disposent chacune de deux lignes de production. Cette organisation du travail implique de produire 250.000 voitures par an sur chaque site pour être rentable. Or l'an dernier, moins de 225.00 véhicules sont sortis de l'usine de Mulhouse. De son côté, Poissy a produit 264.000 voitures, selon les chiffres officiels de PSA. Les deux sites menacent donc de ralentir leur rythme: PSA pourrait mettre en sommeil une ligne de production sur chaque site et revenir à une organisation "monoflux".

 

Un million de voitures par an produites en France

 

Avant l'accord de compétitivité conclu entre la direction et les salariés fin octobre, le PDG du groupe Philippe Varin avait affirmé sa volonté de "passer à un taux d'utilisation des usines en Europe de 100%". A l'heure actuelle, ce taux est "de l'ordre de 73%", a expliqué le porte-parole. «Lors des échanges à l'occasion de la construction du nouveau contrat social, la direction et les organisations syndicales ont notamment abordé les thématiques d'optimisation des flux de production, d'amélioration de la compétitivité et du taux d'utilisation des capacités de production (objectif : 100%)", a-t-il rappelé.

 

La direction s'est notamment engagée à produire un million de voitures par an en France et d'affecter un véhicule par usine à l'horizon 2016. L'accord interdit également toute fermeture de site. En cas de fermeture partielle d'une usine, le nouveau contrat social prévoit notamment des clauses de mobilité, au sein de l'usine et régionales, pour réaffecter les salariés.

 

PSA Peugeot Citroën site de Rennes : un investissement de 90 millions d’euros pour un nouveau véhicule du segment C

 

 

Denis Martin et Gilles Le Borgne, respectivement Directeur Industriel et Directeur Recherche et Développement de PSA Peugeot Citroën, ont annoncé aujourd’hui à l’occasion d’un Comité d’Etablissement du site de Rennes-La Janais, un investissement destiné à la production d’un nouveau véhicule sur le site.

 

D’un montant de 90 millions d’euros, cet investissement sera dédié à la production d’un véhicule du segment C pour la marque Peugeot. Ce véhicule viendra remplacer l’actuelle Peugeot 5008.

 

La production s’effectuera sur la plateforme EMP2, dont le développement avait représenté 630 millions d’euros d’investissements. Elle débutera mi-2016. Ce véhicule, affecté au site de Rennes, sera commercialisé fin 2016 en Europe et à l’international.

 

A partir de 2017, les volumes de production envisagés s’élèveront à 70 000 unités par an, ce qui portera la production du site à cet horizon à plus de 100 000 véhicules par an.

 

A l’occasion de cette annonce, Denis Martin déclare : « Je suis particulièrement heureux de confirmer aujourd’hui l’affectation d’un nouveau véhicule à Rennes, comme Philippe Varin en avait pris l’engagement en novembre 2012. Le Groupe a pris des engagements forts dans le cadre de son nouveau contrat social, notamment en ce qui concerne l’affectation de nouveaux véhicules dans ses usines françaises. Nous apportons la preuve que ces engagements sont respectés.»

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires