Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 15:06

Un haut responsable de PSA Peugeot-Citroën a mené une série de négociations à Téhéran avec son partenaire historique local Irankhodro pour entamer de "nouvelles coopérations", a rapporté lundi l'agence officielle Irna. En l'occurrence, il s'agit ni plus ni moins de Maxime Picat, directeur de la marque Peugeot. Avec Hachem Yeke Zare, directeur du groupe Irankhodro, ils ont mené dix heures de discussions pour examiner les contours de nouvelles coopérations communes, a précisé l'Irna.

Les deux responsables ont examiné "l'application des engagements passés de Peugeot, le transfert de technologies, la production commune de nouvelles voitures [...], et les exportations de voitures" construites en Iran par le réseau de distribution du constructeur français.

 

Visite-surprise de M. Picat

 

Peugeot a longtemps été un partenaire important d'Irankhodro, avec la production locale des modèles 405 et 206. La société avait une large part du marché automobile iranien. Peugeot, présent en Iran depuis les années 1990, a quitté ce qui était son deuxième marché en volume au printemps 2012, après l'annonce de nouvelles sanctions occidentales contre Téhéran en raison de son programme nucléaire controversé.

 

La marque au lion avait vendu l'année précédente 458 000 véhicules en Iran, et son retrait avait provoqué un manque à gagner d'une centaine de millions d'euros entre les résultats de 2011 et ceux de 2012. Cette perte a gravement pesé sur les comptes de l'entreprise qui, précisément, a subi les critiques d'une mondialisation insuffisante.

Un marché à deux millions de voitures

 

L'accord nucléaire intérimaire entre l'Iran et les grandes puissances du groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne), entré en application en janvier, lève les sanctions contre le secteur automobile et permet de renouer les contacts. L'Iran, qui compte une population de 77 millions d'habitants, représente un important marché pour le secteur automobile et pour Peugeot en particulier, historiquement un acteur majeur du marché intérieur

.

L'objectif de l'Iran est de développer la production locale, tombée de 1,6 million de véhicules en 2011 à environ 800 000 en 2013 en raison des sanctions. Devant des véhicules de plus en plus anciens, le rétablissement de l'activité est stratégique et l'idée est d'atteindre en quelques années les deux millions d'exemplaires.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires