Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 16:35

PSA choisira la semaine prochaine le nom de son prochain président du conseil de surveillance. Et, sauf coup de théâtre, ce sera Louis Gallois.

 

Sa désignation devrait dans un premier temps être recommandée, ce jeudi, par le comité des nominations du conseil de surveillance. Il complétera le tandem à la tête de PSA aux côtés du nouveau patron opérationnel, Carlos Tavares, qui remplacera Philippe Varin à la fin du mois.

 

Avec Louis Gallois, c'est le candidat de l'État français qui est désigné. Le gouvernement soutenait en effet celui qui est depuis mi-2012 commissaire général à l'investissement et qui était entré au conseil de PSA quelques mois plus tard, officiellement comme membre indépendant. Mais l'ancien patron de la SNCF et d'EADS avait aussi pour mission de «faire le lien» avec l'État quand ce dernier avait donné sa garantie aux emprunts de la Banque PSA.

 

En marge de l'accord annoncé le 19 février, et qui sera signé le 26 mars lors de la visite du président Xi Jinping à Paris, les trois futurs actionnaires de PSA - la famille Peugeot, l'État français et le constructeur chinois Dongfeng - se sont entendus sur la désignation d'un président «indépendant» qui remplacera Thierry Peugeot. Dongfeng aurait proposé le nom de Philippe Varin, l'actuel président du directoire, qui a conduit les négociations. La famille penchait pour Gérard Hauser, l'ancien président de Nexans. Mais, au final, elle s'est ralliée au choix de l'État, après avoir été reçue - et convaincue - par Pierre Moscovici et le secrétaire général adjoint de l'Élysée, Emmanuel Macron.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires