Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 00:55

C'est bien Louis Gallois qui prendra la tête du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën... Le conseil a désigné hier à l'unanimité l'ancien patron d'EADS pour ce poste, et Matignon s'est félicité dans la foulée de ce choix, qui recueille le soutien des trois futurs actionnaires du groupe, l'Etat français, le groupe chinois Dongfeng et la famille Peugeot.

 

Louis Gallois succèdera à Thierry Peugeot comme président du conseil du constructeur automobile, qu'il dirigera avec Carlos Tavares, l'ex-no2 de Renault, qui prendra à la fin du mois la présidence du directoire de PSA.

 

"La personnalité et l'expérience de Louis Gallois vont constituer un atout pour PSA, qui aura besoin dans les prochaines années d'une gouvernance exemplaire", a souligné une source à Matignon citée par l'agence 'Reuters'. Sa longue expérience chez EADS, où il a eu à gérer la difficile cohabitation entre les intérêts français et allemands, devrait aider M. Gallois à piloter le nouveau PSA, un "lion aux trois têtes" doté de trois actionnaires à parts égales (14% chacun), mais dont les intérêts ne seront pas forcément convergents...

 

Louis Gallois, qui dirige depuis juin 2012 le Commissariat général à l'investissement, devrait désormais démissionner de ce poste, selon des sources proches du dossier... A 70 ans, cet énarque et grand patron a notamment dirigé la SNCF et EADS, et a inspiré les réformes du gouvernement actuel en matière de compétitivité, via son rapport-choc publié en 2012. Chez PSA, M. Gallois présidera un conseil de surveillance de 14 membres (contre 15 aujourd'hui), qui intégrera deux représentants pour chacun des trois nouveaux actionnaires, ainsi que deux représentants des salariés. La famille Peugeot ne disposera plus que de deux sièges, contre quatre aujourd'hui.

 

Le 19 février dernier, PSA a conclu un accord historique en vue d'une entrée à son capital du groupe chinois Dongfeng et de l'Etat français, aux côtés de la famille Peugeot qui perdra son contrôle du groupe. Les parties s'étaient alors accordées pour choisir un président indépendant pour remplacer Thiery Peugeot : l'Etat français soutenait Louis Gallois, tandis que Dongfeng avait proposé le nom de Philippe Varin (l'actuel président du directoire) et que la famille Peugeot penchait pour Gérard Hauser, l'ancien président de Nexans, et administrateur de Faurecia, filiale à 57% de PSA.

 

Après négociations, Dongfeng et la famille Peugeot ont donc fini par se rallier à la candidature de Louis Gallois, qui siège déjà au conseil de surveillance de PSA depuis décembre 2012 en tant que membre indépendant référent, mais en lien étroit avec l'Etat. Ce dernier avait sauvé la branche financière de PSA fin 2012 en lui accordant une garantie publique de 7 milliards d'euros...

 

Le protocole d'accord sur le renforcement du partenariat industriel entre Dongfeng et PSA devrait être finalisé la semaine prochaine, sans doute le 26 mars, lors de la visite d'Etat du président chinois Xi Jinping en France, selon des sources diplomatiques françaises...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires