Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 17:36

Ce mardi débutent chez Renault les difficiles négociations pour un accord-compétitivité. Pour la première fois, tous les syndicats appellent d’une même voix à la grève à Douai. Flexibilité exigée, mobilité, sacrifices salariaux sont dans la balance pour sauvegarder des sites en crise.

 

 À l’image de Sevelnord (PSA) à Hordain, où un accord a déjà été signé cet été, l’automobile nordiste vit une mutation délicate.

 

La crise, de plein fouet. Pour comprendre la mutation de la filière automobile régionale, il faut d’abord se pencher sur les chiffres. Sans appel. Avec ses 36 000 emplois directs (55 000 indirects), la filière automobile pèse quasiment le quart des emplois industriels de la région. Mais en cinq ans, ce sont 10 000 postes qui ont été perdus. Les sept sites constructeurs (Renault Douai, MCA Maubeuge, Toyota Onnaing, Sevelnord Hordain, UMV Valenciennes, Française de Mécanique Douvrin et STA Ruitz) assurent 30 % de la production française de véhicules, 50 % des moteurs et boites de vitesses. La crise, nous la subissons donc de plein fouet. Comme le rappelle Philippe Julie, délégué général de l’ARIA (Association régionale de l’industrie automobile), « depuis 2007, nous avons perdu 40 % de nos assemblages de voitures, 25 % de nos fabrications de moteurs et 15 % de nos boîtes de vitesses ». 547 697 véhicules assemblés en 2012, c’est le point le plus bas jamais atteint. Idem pour les boîtes de vitesses (1,198 million produites) ou les moteurs (1,487 million).

Des usines en surcapacité. La conséquence directe de cette chute de production est la brutale surcapacité des usines. Renault Douai, qui peut fabriquer 340 000 véhicules par an tourne quasiment à la moitié de ses capacités. L’usine s’est arrêtée pendant trois semaines en fin d’année. Les ouvriers ont chômé près de 70 jours en 2012. 450 d’entre eux ont été détachés volontairement sur d’autres sites. Même constat chez Sevelnord qui tourne à peine au niveau de son seuil de rentabilité. À MCA Maubeuge, le prochain comité d’entreprise devrait confirmer un nouveau plan de départs volontaires de près de 600 salariés. Mais les premiers à payer le prix, ce sont les intérimaires, dont les effectifs ont littéralement fondu chez les constructeurs. Ils étaient 6 200 en 2007, 1 400 en 2010, quasiment plus aucun en 2011 et 2012.

Des territoires marqués. Quand l’automobile va mal, ce sont des territoires entiers de la région qui se retrouvent sous tension. Près de 90 % des emplois de l’automobile sont concentrés dans le Valenciennois, le Douaisis, le Béthunois- Bruaysis et la Sambre. Ce sont aussi des filières entières qui s’inquiètent. La moitié des effectifs de la plasturgie, le quart de ceux de la métallurgie travaillent pour la filière auto en région.

Des gammes à renouveler. Dans l’attente de nouvelles productions, nos usines continuent de tourner avec des gammes qui ont besoin de nouveautés. Renault Douai fabrique les Scenic 3 depuis 2009, MCA le Kangoo 2 depuis 2007. Le cap de mi-carrière est donc dépassé.

Des PME fragiles. À l’image d’une région en retard en matière de recherche et développement, les PME sous-traitantes de la filière automobile ont dû mal à sortir de leur statut d’exécutantes pour les donneurs d’ordre. La crise a également fragilisé les trésoreries. Un frein supplémentaire à l’investissement.

Se maintenir à flot. En attendant les nouvelles productions, il est donc urgent de maintenir la filière à flot. Les grands constructeurs jouent la carte du retour à la compétitivité via des accords douloureux pour les acquis sociaux. En région, où l’on ne peut agir sur la stratégie des groupes, on choisit l’action de terrain. Le dispositif Asparance, piloté par l’ARIA, permet des diagnostics stratégiques et de compétitivité pour les PME les plus exposées. En juin 2011, le Pôle automobile a été créé pour coordonner la filière. Celle-ci est donc en ordre de marche. Évitons seulement qu’elle rechute avant le retour des beaux projets.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires