Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 10:41

Le TGV Rhin-Rhône ouvre de nouveaux horizons à PSA Peugeot-Citroën Sochaux, comme le confirme Javier Varela Sobrado, directeur du plus grand site industriel et automobile de France. La ligne à grande vitesse pourrait aussi donner des ailes à un projet de « cluster » automobile en France comparable à celui de Vigo, en Espagne.

« Il y a pas mal de déplacements de cadres et d’ingénieurs entre Sochaux et nos sites de la région parisienne, et plus encore des sites de la région parisienne en direction de Sochaux. Ces déplacements se faisaient pour l’essentiel en voiture. Et pour des raisons de sécurité, nous n’autorisions pas de faire l’aller et retour dans la même journée. Avec le TGV Rhin-Rhône, cela sera possible de faire l’aller et retour dans la même journée. Par ailleurs, les déplacements en train ont cet avantage qu’ils permettent de travailler. C’est une bonne alternative et dans les deux sens : région parisienne Sochaux et Sochaux à la région parisienne ».

Un TGV expérimental dans les années 1990

L’intérêt de PSA Peugeot-Citroën pour le TGV remonte en fait aux années 1990. PSA Peugeot-Citroën Sochaux a cofinancé pendant plusieurs mois une navette TGV au départ de Belfort et Montbéliard, mais qui circulait à vitesse réduite jusqu’à Dijon. La navette transportait en moyenne par jour 300 cadres et ingénieurs de PSA Peugeot-Citroën et d’Alstom. L’expérience a tourné court pour des raisons liées au coût de cette opération et d’un gain de temps jugé notoirement insuffisant.

Avec la mise en service de la ligne à grande vitesse, la question du gain de temps ne se pose plus. Pour PSA Peugeot-Citroën Sochaux, qui est à la fois une usine terminale et le deuxième centre de recherche et de développement du groupe automobile, cela ouvre de nouveaux horizons.

« Nous sommes, confirme Javier Varela Sobrado, dans une société de plus en plus communicante dans laquelle les échanges ne cessent d’augmenter. C’est tout particulièrement vrai pour notre secteur de recherche et de développement. Ce sont ces hommes et ces femmes qui se déplacent le plus. Nous veillerons à trouver et garantir un équilibre entre nos deux grands sites de recherche et de développement. Il va de soi que la ligne à grande vitesse sera un atout supplémentaire pour nos recrutements à venir ».

En poste depuis septembre dernier à PSA Peugeot-Citroën Sochaux, Javier Varela Sobrado ne rappelle pas l’histoire de ces trois dernières années, qui coïncide avec un réel renforcement des effectifs de recherche et de développement dans le Nord Franche-Comté.

Un atout même pour le marché de Noël de Montbéliard

Il ne fait aucun doute que l’arrivée de cet homme dans le paysage industriel franc-comtois n’est pas due au hasard. Ancien directeur de PSA Peugeot-Citroën à Vigo, en Espagne, et fondateur de l’un des « clusters » automobiles comptant parmi les plus efficients d’Europe, Javier Varela Sobrado a le regard d’un homme qui ne s’arrête pas aux frontières régionales. Cela ne l’empêche pas de se réjouir que la ligne à grande vitesse permettra en même temps à Sochaux de « faire connaître davantage encore les bonnes pratiques. Cela va favoriser les échanges entre les différents sites de PSA Peugeot-Citroën, ceux de la région parisienne, mais aussi avec la Bretagne. Par ailleurs, cette ligne à grande vitesse pourrait avoir aussi un impact très positif au niveau du tourisme. Les retombées positives pourraient même se mesurer au niveau de la fréquentation du marché et des Lumières de Noël de Montbéliard. C’est pour la région tout entière un atout certain ».

Partager cet article

Repost0

commentaires