Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 14:04

Fini les dissensions ? PSA Peugeot Citroën a fait savoir ce jeudi que son conseil de surveillance, qui s’est réuni mercredi après midi, soutenait toujours le projet du directoire du groupe de poursuivre les négociations avec le chinois Dongfeng. Cela après les réticences de son président, Thierry Peugeot, rapportées par la presse.

 

« Le conseil a exprimé son plein soutien au projet présenté par le directoire et a autorisé celui-ci à poursuivre les négociations en vue d’une approbation par le conseil lors de sa réunion du 18 février », a indiqué le constructeur automobile dans un communiqué.

 
 

« La société ne peut donner aucune assurance quant à l’aboutissement du projet », précise-t-il toutefois.

 

Depuis son annonce, le projet d’alliance entre PSA et Dongfeng a alimenté une crise ouverte au sein même de la famille Peugeot. Dans une lettre publiée récemment par « les Echos " Thierry Peugeot, le président du conseil de surveillance, exprimait ainsi ses divergences avec son cousin Robert, président du holding familial FFP (détenteur de 25 % de PSA). Lequel a validé ce projet de recapitalisation de 3 milliards d’euros, qui mettrait à égalité l’Etat français, le constructeur automobile chinois et la famille Peugeot au capital de PSA avec 14 % du capital, diluant ainsi la famille qui jouissait jusqu’à présent de 25 % du capital et de 38 % des droits de vote. « Je m’inquiète de la stratégie de désengagement de Peugeot que tu sembles vouloir mettre en œuvre. Je considère que la famille Peugeot doit continuer à accompagner Peugeot et ne pas s’en désintéresser », pointait ainsi Thierry Peugeot, partisan d’un appel au marché sans l’aide de l’Etat et de Dongfeng.

 

Le projet inquiète aussi certains actionnaires minoritaires, fédérés par Colette Neuville, présidente de l’Adam (Association de défense des actionnaires minoritaires), qui défend une recapitalisation sans l’aide de l’Etat français et de Dongfeng « dès lors que des banques sont effectivement prêtes à en garantir le succès à la hauteur nécessaire ».

Partager cet article

Repost0

commentaires