Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 05:31

Durant son quinquennat, Nicolas Sarkozy avait choisi de rouler en Renault Vel Satis. Son successeur a, lui, opté pour Citroën. Au moins pour le premier jour de son mandat. Le 15 mai, il descendra les Champs-Elysées à bord d'une DS5 hybride gris métallisé. « C'est celle que François Hollande a conduite pendant la primaire en venant à Sochaux. C'est la première Citroën faite dans le Doubs », a souligné sur Europe 1 son directeur de campagne, Pierre Moscovici, élu justement de ce département. La direction de Citroën a annoncé dans l'après-midi avoir obtenu une confirmation officielle. Le modèle à hayon est en cours de transformation pour le doter d'un toit ouvrant.

 

Le choix d'un tel modèle ne doit rien au hasard. La DS5 est une voiture à la fois fabriquée dans l'Hexagone, écolo et haut de gamme. Alors que les constructeurs tricolores font fabriquer à l'étranger une part croissante de leur production, la DS5 reste « made in France ». Elle sort des chaînes de Sochaux, longtemps réservées à la marque Peugeot. Le modèle choisi, équipé d'un moteur hybride diesel, est présenté comme très écologique, puisqu'il consomme moins de cinq litres aux 100 kilomètres. Il fonctionne au gazole mais aussi à l'électricité -si bien que François Hollande roulera en partie au nucléaire...

 

Enfin, c'est un modèle luxueux, récent (il a été présenté au Salon de Shanghai en avril 2011), dont le prix atteint 43.000 euros pour la version la plus coûteuse, celle choisie par François Hollande. Comme ses prédécesseurs, le nouveau locataire de l'Elysée sera donc le porte-drapeau du haut-de-gamme français, un domaine dans lequel les constructeurs bleu-blanc-rouge peinent à s'imposer commercialement.

Excellente nouvelle pour PSA

Pour PSA Peugeot Citroën, ce choix constitue une excellente nouvelle. La descente des Champs-Elysées par le tout nouveau président sera suivie par de très nombreuses télévisions et une nuée de photographes. Le groupe français peut difficilement rêver d'un meilleur « placement de produit ». En achat d'espace publicitaires, l'opération équivaudrait à environ 10 millions d'euros, selon les experts cités par Europe 1.

Partager cet article

Repost 0

commentaires