Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 11:00

Patrick Labilloy, (jeune) ex-directeur de Sevelnord, s’envole ce mercredi pour Wuhan, en Chine. Une semaine avant, dans une salle du site Sevelnord, ses pairs le gratifiaient d’hommages unanimes. D’abord de la bouche de son boss, Denis Martin. Le directeur industriel de PSA a fait la route depuis Paris pour la transmission du bâton de capitaine : « Il y a deux ans, Sevelnord vivait une des tempêtes les plus dures. Aujourd’hui, nous pouvons atteindre tous les objectifs qu’on s’est fixés. » Compliments, encore, de la part du sous-préfet de Valenciennes. Mais aussi du maire d’Hordain, qui ne se prive pas de lui souhaiter bon vent en ch’ti. Jacques Louvion l’équipe aussi, pour lutter contre l’étouffante chaleur chinoise selon ses dires, de trois fameuses bouteilles de Choulette. En plus de la médaille de citoyen d’honneur de la ville.

 

Même respect, même sympathie de la part des partenaires sociaux. En tout cas des représentants de trois groupes sur quatre, présents jeudi soir, « rassurés et confiants lorsqu’on voit ce qui se passe ailleurs », insiste Pascal Lucas, délégué CFE-CGC. Ceux qui ont signé le premier accord de compétitivité en juillet dernier, ceux que l’on imaginerait si prompt à défendre un autre discours, vont dans le même sens, félicitant sa médiation : « Patrick Labilloy est un grand capitaine qui a su faire confiance aux partenaires sociaux », détaille Patrick Prudhomme, secrétaire du SPI-GSEA de Sevelnord. Même discours chez Jean-Charles Masclef, secrétaire du comité d’entreprise : « On a beaucoup apprécié le sens de l’écoute de Patrick Labilloy. Aujourd’hui, la ligne est tracée, on compte sur Philippe Coëne pour continuer à nous impliquer, pour poursuivre la transparence du groupe. » Le message est passé.


Vous l’aurez compris : remplacer Patrick Labilloy, « capitaine qui a sauvé le paquebot Sevelnord du naufrage », comme le résume le maire d’Hordain, ne semble pas être une mince affaire. Et ce n’est pas en ajoutant aux messages des partenaires sociaux, les défis énumérés par Denis Martin, que la pression diminuera sur les épaules de Philippe Coëne. Extraits du discours de Denis Martin, qui entraîne ses troupes : « Faire de cette usine une référence industrielle incontournable en matière de production de véhicules utilitaires légers » ; « aller plus loin, être encore plus exigeants » ; « nous allons tout réussir ». Le décor est planté.

 

Philippe Coëne, souriant, apparaît calme et confiant. D’abord parce que ce n’est pas la première fois qu’il foule cette usine. Responsable coût série en 1995 lorsqu’il rejoint Sevelnord, il prend ensuite de plus amples responsabilités, avant son départ en 2003 pour d’autres sites de PSA. Depuis 2009, Philippe Coëne dirigeait la Française de Mécanique à Douvrin. Jeudi soir, à Sevelnord, face aux enjeux de l’entreprise, il promet de tenir la barre : « Je me sens taillé pour la course. C’est ma région et c’est un beau challenge à relever. » D’abord en redécouvrant ce terrain et ses équipes, jusqu’à fin juillet. Pour « lever les doutes ». Et ainsi « se mettre en ordre de bataille pour réaliser ce beau projet ».

 

 

Extrait de la "Voix du nord"

Partager cet article

Repost0

commentaires