Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 08:28

Les constructeurs automobiles n'ont pas encore réagi à la nouvelle, mais devront certainement innover, après la découverte du Centre international de recherche sur le cancer, organisme appartenant à l'OMS. Ce dernier a annoncé mardi avoir classifié les gaz d'échappement des moteurs diesel comme cancérigènes, en raison des particules fines qu'ils émettent, nocives pour l'organisme.

 

Or, il est en France, le carburant le plus utilisé par les automobilistes français, mais aussi le moins coûteux. D'après les derniers chiffres publiés par le ministère du développement durable, le litre de gazole vaut en moyenne 1,35 euro le litre contre 1,54 euros pour le Sans Plomb 95 et 1,60 pour le Sans Plomb 98. Le gouvernement a par ailleurs accordé de nombreux avantages fiscaux pour les véhicules équipés de moteurs diesel.

L'organisation mondiale de la santé compte beaucoup sur les constructeurs automobiles, car, rappelle-t-elle, ces deux dernières décennies, l'Amérique du Nord et l'Union Européenne ont imposé des normes plus strictes sur les émissions de gaz Diesel et essence. "Les interactions entre les normes environnementales et la technologie sont fortes.

 

 Pour les moteurs Diesel, il convient d'apporter quelques changements dans la composition du carburant comme une baisse de la teneur en soufre, mais aussi de revoir la conception des moteurs afin qu'ils brûlent le carburant de manière plus efficace. Enfin, il faudrait travailler sur la technologie de contrôle des gaz d'échappement", recommande l'OMS.

La législation européenne, imposant des normes de plus en plus strictes a conduit les constructeurs à innover, notamment en équipant leurs véhicules de "filtres à particules".

 

 En 2014, l'UE devrait réactualiser une fois encore la réglementation en vigueur afin de réduire les émissions de ces particules et du CO2, poussant les constructeurs à élaborer de nouvelles technologies coûteuses, dans un environnement économique tendu. Le moteur Diesel, tant apprécié par les Français pour son côté économique pourrait donc perdre cet avantage.

Peut-être de quoi relancer le développement des véhicules électriques qui souffrent aujourd'hui d'un manque de visibilité. Au premier trimestre, seulement 1.199 voitures électriques ont été immatriculées en France, soit une part infime de 0,24% du marché, selon le Comité national des constructeurs (CCFA)...

Partager cet article

Repost 0
Published by deleguespi - dans actualité
commenter cet article

commentaires