Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 17:45

Ah, si la CFDT  était représentative à  SEVELNORD !!!

Dans un entretien accordé à L'Usine nouvelle quelques heures avant une nouvelle séance de négociation consacrée aux accords compétitivité-emploi, le secrétaire national Patrick Pierron a détaillé les propositions de la CFDT.

Vous êtes donc favorable aux accords compétitivité-emploi ?

Oui car en cas de difficulté, on doit pouvoir demander, ponctuellement,  aux salariés, d'échanger temps de travail et/ou salaire contre une garantie d'emploi. Mais tout doit être très encadré. Pas question de remettre en cause les 35 heures, ou les conventions collectives, ou les accords de branche, sauf dérogation à valider avec les branches. Pas question, non plus, de toucher au Code du travail. Donc tout accord collectif devra être validé par le salarié, qui acceptera ou non une modification de son contrat de travail.

Fondée sur une baisse du L'avenir de l'industrie passe-t-il par une amélioration de la compétitivité coût du travail ?

Pour la CFDT, le sujet est important, mais le coût du travail n'est qu'un des éléments à prendre en compte. Notre retard est dû à d'autres facteurs : défaut d'investissement, d'innovation, de formation, mauvaise organisation du tissu industriel, difficultés d'accès au financement... Ces conclusions sont le fruit d'un diagnostic établi par trois syndicats, dont la CFDT, et deux organisations patronales.

Pour la CFDT, l’objectif des discussions doit être de  « proposer aux équipes, dans les entreprises, un outil de plus, qui ne s’impose pas, encadré par un accord interprofessionnel, et qui pourra permettre, dans certains cas, de sauver l’emploi », poursuit Patrick Pierron. Il espère poser aussi les bases d’un dialogue renforcé, et plus mature, sur le terrain : « Nous proposons qu’ une fois par an, direction et salariés discutent de la situation économique de l’entreprise, avec des informations vérifiables. Si des difficultés économiques conjoncturelles se présentent, si la meilleure façon d’y faire face, pour sauver l’emploi, consiste à demander un ajustement du temps de travail et des rémunérations, les équipes auront un outil, un cadre sécurisé par l’interprofessionnelle, pour négocier. » D’éventuels accords devraient être d’une durée maximale d’un an et «  les salaires ne jamais descendre en-dessous du SMIC ». La centrale de Belleville souhaite aussi que les accords soient validés par des organisations syndicales représentant au moins 50% des salariés (la règle actuelle est de 30 %), ou par 50% des salariés consultés directement quand il n’y a pas de syndicats.

Les accords de sauvegarde de l’emploi ou de compétitivité sont-ils une solution intéressante ?

Oui nous sommes favorables aux accords de sauvegarde de l’emploi, car ils permettent de sauvegarder l’emploi et l’activité. C’est d’ailleurs ce qui se passe en ce moment à Air France, qui propose aux salariés des baisses de temps de travail.

La CFDT locale  aurait donc signé comme nous cet accord, voir même les premiers à signer !!!

Partager cet article

Repost0

commentaires