Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 23:41

« Oui » à 63 %

 

À l'invitation des organisations syndicales, les 1 360 salariés du site Faurecia de Caligny (près de Flers) ont été invités à se prononcer sur un projet d'accord dit de « performance » ce week-end.

 

Le vote a mobilisé près de 90 % du personnel. Une grande majorité des participants (63 %) s'est montrée favorable au plan « d'amélioration de la performance économique négocié avec les partenaires sociaux » depuis avril dernier.

 

Moins de RTT

 

En substance, tous les employés flériens de l'équipementier automobile renoncent d'abord « à des jours de RTT (réduction du temps de travail), sans délimitation de durée », regrettent les représentants de la CGT, l'un des deux syndicats (avec FO) à avoir appelé à voter contre le projet d'accord, à l'inverse de la CFDT (majoritaire) et de la CFE-CGC pour l'accord. « Les cadres et non cadres perdent trois jours. Une partie des techniciens, un jour ».

 

Pas de hausse de salaire

 

L'ensemble du personnel accepte aussi « le gel de la hausse des salaires à compter du 1er juillet 2013 et en 2014 ».


« Mais l'incohérence, c'est que si les résultats escomptés sont au rendez-vous au second semestre 2014, une prime sera versée début 2015 », pointe Yannick Sajean, délégué FO.


L'ensemble des représentants syndicaux regrettent que « les cadres dirigeants (une quinzaine de personnes) ne participent pas à l'effort collectif en faisant un geste sur la part variable (bonus) de leur salaire ».

 

Budget du comité d'établissement

 

Les employés consentent enfin que Faurecia réduise sa contribution au budget du comité d'établissement (CE).

L'employeur réaliserait une économie estimée à  150 000 € par an, « soit 22 % du budget du CE. Ce qui représente une perte annuelle de l'ordre de 120 € pour chaque salarié ».

 

Investissement en contrepartie

 

En échange, la direction de Faurecia « prend l'engagement d'investir 20 millions d'euros sur quatre ans » (2014-2017) dans des équipements industriels de dernière génération, ceci afin de maintenir notamment la fabrication des « glissières » sur le site flérien également spécialisé dans la production d'articulations de sièges automobiles.

 

Pas de plan social

 

L'accord écarte enfin la menace d'un éventuel plan social jusqu'au 31 décembre 2015. Cet engagement demeure toutefois lié au niveau de chiffre d'affaires projeté dans le cadre de ce plan de redressement industriel. De 2009 à 2012, le site de Caligny a en effet cumulé « plus de 60 millions d'€ de pertes », en partie en raison de la mutation qui a accompagné le transfert de site. Le plan vise à dégager une économie de 20 millions d'euros pour atteindre un retour à l'équilibre financier dès l'exercice 2013.

Partager cet article

Repost0

commentaires