Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 04:55

 

Frédéric Puech est arrivé à Hordain mi-janvier, après avoir passé ces trois dernières années à la tête du pôle industriel ibérique de PSA. Photo Thomas Lo Presti

 

Frédéric Puech, 51 ans, est originaire d’Albi. Diplômé des Arts et Métiers, il a effectué toute sa carrière chez PSA. Il a rejoint le site d’Hordain après avoir passé ces trois dernières années à la tête du pôle industriel ibérique de PSA. Il succède à Patrice Le Guyader, aux manettes depuis juillet 2014, appelé à d’autres fonctions au sein du groupe, en Chine.

Frédéric Puech, comment s’est passée votre arrivée ?

« Mon intégration se passe bien. Je partage avec les équipes l’avancement du projet de transformation, projet essentiel pour l’avenir du site. »

Où en est ce projet ?

« On a ramené l’activité, sans altérer la capacité en termes de volume du site, sur des surfaces plus compactes et donc contributrices d’une meilleure performance. L’objectif de ce projet est de contribuer à la pérennité du site, de part une meilleure efficience industrielle, qui fait que l’on continue d’être performant d’un point de vue qualité. »

La qualité est bien sûr essentielle…

« Je suis convaincu que l’avenir du site passe par un renforcement de cette préoccupation de qualité, qui est celle de nos clients. On se doit, ainsi que notre partenaire Toyota, de leur amener les réponses ad hoc si on veut continuer à progresser sur nos ventes. Avec le K-Zéro (décliné en versions Peugeot, Citroën, Toyota, et bientôt Opel/Vauxhall, ndlr), on a battu en termes de volume un record de production l’année dernière. A minima, depuis 2013, tous les ans on fabrique plus de voitures que l’année précédente. En matière de véhicules utilitaires légers, le groupe se doit d’aller chercher ces niveaux de vente pour confirmer et conforter sa place de leader européen sur le segment. Ceci s’accompagne d’une montée en compétences de nos équipes, qui sont en train d’être formées. »

Tous les salariés sont-ils concernés par ce plan de formation ?

« Ça concerne essentiellement le montage. Les postes de travail ont évolué avec du matériel qui peut être nouveau, avec le déploiement du full kitting(1) sur l’ensemble de la ligne. »

Les premiers essais ont-ils démarré ?

« On a commencé depuis le début de l’année à faire les premiers essais sur la nouvelle ligne de montage : pour fiabiliser les installations, amener les corrections nécessaires. Notre ambition est de démarrer avec une équipe fin février, début mars et d’être, à l’été, en trois équipes dans le nouvel atelier. Au retour de l’été, 100 % de nos modèles seront fabriqués sur la nouvelle ligne. On est à un peu plus de 600 véhicules par jour, on restera sur le même niveau. »

1. Full kitting : méthode permettant de trier et d’acheminer automatiquement les pièces détachées vers la ligne de production.

Partager cet article

Repost0

commentaires