Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 05:47

La Peugeot IOn 100% électrique.  
Après Madrid et Lisbonne, le groupe PSA lance, cet automne, un service d’auto-partage à Wuhan, Wasghington DC et Paris. S’il fallait chercher une preuve de l’importance de la mobilité globale pour le groupe PSA, Brigitte Courtehoux siège au comité exécutif, cette instance d’une quinzaine de personnes en charge des affaires mondiales du constructeur. « Opérateur de mobilité depuis 200 ans », aime d’ailleurs à souligner la directrice des Services de mobilité et de connectivité du groupe PSA, histoire de rappeler la longue et riche histoire de la maison Peugeot. Avec un objectif de 300M€ de chiffres d’affaires en 2021, Brigitte Courtehoux et ses équipes n’ont cependant pas le temps de s’appesantir sur le passé, alors que le secteur des nouvelles mobilités est en train d’exploser. L’offre de PSA s’articule autour de Free2Move, opérateur de mobilité trans-modal destiné à permettre de « se déplacer n’importe où, n’importe quand ». « Le cœur de notre stratégie est d’être multi-marques et multi-solutions de mobilit

Après Madrid et Lisbonne, le groupe PSA lance, cet automne, un service d’auto-partage à Wuhan, Wasghington DC et Paris.
S’il fallait chercher une preuve de l’importance de la mobilité globale pour le groupe PSA, Brigitte Courtehoux siège au comité exécutif, cette instance d’une quinzaine de personnes en charge des affaires mondiales du constructeur. « Opérateur de mobilité depuis 200 ans », aime d’ailleurs à souligner la directrice des Services de mobilité et de connectivité du groupe PSA, histoire de rappeler la longue et riche histoire de la maison Peugeot. Avec un objectif de 300M€ de chiffres d’affaires en 2021, Brigitte Courtehoux et ses équipes n’ont cependant pas le temps de s’appesantir sur le passé, alors que le secteur des nouvelles mobilités est en train d’exploser.
L’offre de PSA s’articule autour de Free2Move, opérateur de mobilité trans-modal destiné à permettre de « se déplacer n’importe où, n’importe quand ». « Le cœur de notre stratégie est d’être multi-marques et multi-solutions de mobilité. Nous avons créé un système rassemblant des opérateurs sur lesquels on a investi ou avec lesquels on a conclu un partenariat afin d’agréger toutes les solutions de mobilité existantes », détaille Brigitte Courtehoux qui ajoute : « Il y a, ensuite, des verticales », à savoir l’auto-partage à destination des particuliers et les entreprises, des services de location longue durée et gestion de flottes connectée…
Dans un salon grand-public tel que le Mondial de Paris, l’auto-partage à destination des particuliers est le thème central de la mobilité. D’autant plus dans une capitale française qui se cherche en la matière après l’arrêt d’Auto-Lib. Mardi, Brigitte Courtehoux a officialisé le lancement « au cours de cet automne » d’un service de 500 voitures 100% électrique dans Paris intra-muros. « Avec une grande flexibilité, sans stationnement, ni mise en recharge. Nous nous en occuperons », indique la directrice des services de Mobilité chez PSA, ajoutant que le groupe réfléchit à une extension à l’agglomération parisienne. « Ce qui va faire la différence, c’est notre application Free2Move », assure Brigitte Courtehoux. Coût du service: une inscription à moins de 10€ puis une facturation à 24 centimes la minute pour utiliser des Citroën C0 et Peugeot IOn 100% électrique.


Si l’arrivée de PSA dans la capitale est aussi une réplique à Renault, le groupe de Carlos Tavares n’arrive pas en terre inconnue. Il est, en effet, déjà présents sur ce créneau à Madrid et Lisbonne, revendiquant 150000 clients actifs et 750 véhicules. « Nous avons pu constater la pertinence du stationnement libre. Cela marche tellement bien que la concurrence est en train d’arriver à Madrid », note Brigitte Courtehoux. Toujours en stationnement libre (free floating), PSA a lancé la semaine dernière un service identique à Wuhan, ville chinoise de 20 millions d’habitants, et arrive sur le marché américain, à Washington DC, à la fin du mois d’octobre. « En Chine, nous aurons 600 voitures, à la fin de l’année, de notre partenaire chinois, et à Washington DC, nous serons opérateurs avec des voitures Chevrolet. Free2Move, l’application, est déjà en service dans certaines villes des USA comme Seattle. PSA entre aux Etats-Unis par le mode de la mobilité », conclut Brigitte Courtehoux. Trois heures plus tôt, dans la même salle du stand Peugeot du Mondial de l’auto, Carlos Tavares confirmait que le retour de PSA, cette fois comme marque automobile, est toujours à l’étude. Une décision est attendue pour la fin 2019 ou le premier trimestre 2020. L’expérience lancée à Washington DC n’est probablement pas anodine.

Partager cet article

Repost0

commentaires