Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2018 4 22 /02 /février /2018 16:51

Le nouveau trio de ludospaces de PSA est au complet. Après les Citroën Berlingo et Opel Combo, voici, non pas le Partner, mais le Peugeot Rifter. Un nouveau nom pour symboliser un positionnement plus chic et plus aventurier.

Salon de Genève 2018 - Peugeot dévoile le Rifter, remplaçant du Partner
 

Peugeot souhaite devenir le "meilleur constructeur généraliste haut de gamme". Le 3008 illustre parfaitement la volonté de la marque de flirter avec le premium, la nouvelle 508 en fera de même. Au sein d'une gamme plus chic, un ludospace a-t-il sa place, dans la mesure où c'est un véhicule jumelé à un utilitaire ?

Visiblement, Peugeot s'est posé la question. Et sa réponse est à la fois oui et non. La marque reste sur le segment des ludospaces, il serait dommage de se priver de ventes potentielles, encore plus quand la rentabilité est améliorée en partageant les coûts avec Citroën et Opel. Mais le constructeur tente l'enfumage marketing. Pour prendre ses distances avec l'utilitaire et l'ancien modèle, exit le nom Partner pour le véhicule particulier, place à Rifter. La marque ose carrément dire que l'auto "bouscule l'offre du segment".

Le Rifter est ici présenté en version GT Line, avec jantes 17 pouces et éléments peints en noir.
Le Rifter est ici présenté en version GT Line, avec jantes 17 pouces et éléments peints en noir.

Cela ne saute pas aux yeux, car le Rifter conserve une silhouette typique de ludospace. Il ajoute toutefois une dose de SUV à sa recette, avec de généreuses protections de carrosserie autour des roues et sur les bas de caisse latéraux, que l'on n'a pas sur les cousins. La face avant adopte les codes Peugeot, avec une calandre verticale. Les optiques sont alignées sur cette dernière. Elles intègrent en leur centre une barre de diodes. À l'arrière, le Rifter se démarque de ses cousins par ses feux avec signature lumineuse à 3 griffes.

Un véhicule, 3 visages

Les designers ont été astucieux. Les trois autos ont une face avant typique de leur marque, alors que les ailes et le capot sont partagés. La personnalisation se fait avec la calandre, les phares et le bouclier. Pour le reste, les différences sont minimes : le Citroën a des montants de pare-brise noirs et des Airbumps latéraux, le Peugeot joue les baroudeurs avec de généreuses protections tandis que l'Opel est classique avec une carrosserie intégralement peinte. Chaque véhicule à des jantes spécifiques.

Citroën Berlingo
Citroën Berlingo
Opel Combo
Opel Combo
Peugeot Rifter
Peugeot Rifter

 

 

 

 

 

 

 

 

Preuve que la conception du nouveau trio a été maligne : à bord, le Rifter s'inscrit bien dans la continuité des nouvelles Peugeot. On retrouve ainsi les éléments essentiels du i-Cockpit car le Rifter se distingue par une instrumentation relevée, qui se lit par-dessus le petit volant à méplats. Le reste est identique aux Berlingo et Combo.

Et même toute la suite. Ainsi, le Rifter voit double avec une version normale de 4,40 mètres et une version allongée, de 4,75 mètres. La première annonce un volume de coffre sous tablette très généreux : 775 litres. Les deux carrosseries existeront en 5 ou 7 places. On trouve en rang 2 trois sièges individuels, qui se rabattent simplement dans le plancher. En rang 3, les sièges en plus sont extractibles. Pour le chargement d'objets longs, le dossier du siège passager peut se replier.

Pour être en règle avec le cahier des charges Peugeot, le Rifter reçoit une instrumentation relevée. Mais elle n'est pas numérique.
Pour être en règle avec le cahier des charges Peugeot, le Rifter reçoit une instrumentation relevée. Mais elle n'est pas numérique.

Le Rifter multiplie les rangements, avec par exemple une double boîte à gants grâce à l'implantation de l'airbag passager dans le pavillon. Le toit Zénith est désormais constitué d'un seul panneau de verre, traversé par une élégante arche translucide, dotée d'un éclairage d'ambiance à LED. Elle intègre des rangements et est associée à un compartiment fermé au-dessus du coffre.

Comme ses cousins, le Rifter fait le plein d'aides à la conduite et de technologies : régulateur de vitesse adaptatif, reconnaissance des panneaux de signalisation, assistance au maintien dans la voie, détecteur de fatigue, freinage d'urgence et feux de route automatiques, surveillance des angles morts ou encore caméra de recul 180°.

Une version longue de 4,75 mètres est disponible.
Une version longue de 4,75 mètres est disponible.

Côté motorisations, le Rifter donnera dans un premier temps la priorité au diesel, avec trois variantes du 1.5 BlueHDi, de 75, 100 et 130 ch. Ce dernier pourra être associé à la boîte automatique EAT 8 rapports. Pour l'essence, il y aura au début le 1.2 PureTech de 110 ch. La déclinaison 130 ch avec boîte EAT8 arrivera courant 2019.

Aventurier, le Rifter pourra être équipé de l'antipatinage évolué Grip Control avec des pneus "Mud&Snow". Le système sera associé à l'aide à la descente, qui maintient la vitesse dans les pentes. Surtout, il sera possible d'avoir une transmission intégrale grâce au partenaire historique Dangel.

Le Rifter fera ses débuts en public au Salon de Genève. Il arrivera dans les concessions à la rentrée.

Partager cet article

Repost0

commentaires