Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 07:19

 

L’usine automobile du groupe PSA est connue pour ses utilitaires. Une turbine à gaz installée par Dalkia a été inaugurée ce mardi. Elle génère de l’électricité, utilisée pour la production du site, mais aussi de la chaleur.

En plus des 609 véhicules qui sortent de ses ateliers chaque jour, l’usine automobile d’Hordain produit également de l’électricité. Un moteur à gaz d’une puissance de 3,3 mégawatts vient d’être inauguré ce mardi. Cette énergie produite est soit consommée sur place, soit renvoyée dans le réseau général, mais elle n’assure pas la consommation totale du site, nous explique Dalkia, la filiale du groupe EDF en charge de l’installation.

«  Elle fonctionne du 1er novembre jusqu’à la fin mars », explique encore Éric Botrel, ingénieur d’affaires chez Dalkia. L’investissement est tout de même conséquent : entre 4 et 5 millions d’euros pour ce bébé de 33 tonnes. Avec des tarifs de rachat de l’électricité bonifiés, le coût devrait néanmoins être amorti d’ici douze ans pour cette filiale d’EDF.

« On a entre 400 et 500 mégawatts de cogénération dans la partie Nord-Ouest de la France. »

Les tarifs sont avantageux car la turbine est présentée par Dalkia et PSA comme vertueuse pour l’environnement. En effet, un peu à la manière de la centrale gaz de Bouchain, l’énergie dégagée par la machine durant la production d’électricité n’est pas rejetée dans l’atmosphère, mais réinjectée dans le réseau de chauffage de l’usine. «  On a entre 400 et 500 mégawatts de cogénération dans la partie Nord-Ouest de la France  », rappelle Michel Desmoucelles, directeur régional chez Dalkia. Ce qui représenterait une demi-tranche de centrale nucléaire.

20 % d’économie

Sevelnord aussi met en avant l’aspect environnemental. Et le directeur du pôle industriel du groupe PSA, Patrice Le Guyader, explique que d’autres projets sont encore en cours pour réduire son empreinte carbone : des éclairages LED dans les ateliers ou encore des panneaux photovoltaïques sur le site. « Réduire nos émissions de CO2, c’est clairement l’objectif  », renchérit Patrice Le Guyader. Avec au passage la possibilité de faire des économies. Pour Sevel, la facture énergétique devrait ainsi être réduite de 20 %.

Sevelnord n’est pas la seule usine automobile du secteur à avoir opté pour ce système de cogénération. Toyota, à Onnaing, a également signé en septembre un partenariat avec Dalkia et EDF.

Partager cet article

Repost0

commentaires