Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2017 3 25 /10 /octobre /2017 13:49

L'usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) sera en capacité de produire 400 000 véhicules par an en 2021, soit 60 % de plus que cette année, grâce à un investissement de 400 millions d'euros, a-t-on appris le 24 octobre auprès de sa direction. La montée en cadence résulte du programme de modernisation 2015-2020 de 400 millions d'euros, dont 300 millions pour les activités « terminales » liées au montage des véhicules et 100 millions pour les ateliers en amont de forge, fonderie et mécanique, a expliqué Corinne Spilios, directrice du site. Cet investissement est le plus important que PSA consacre sur la période 2014-2022 à chacune de ses usines de montage en France : Mulhouse, Poissy (Yvelines), Rennes (Ille-et-Vilaine), Sochaux (Doubs) et Hordain (usine Sevelnord) dans le Nord, selon un document de présentation du constructeur. En 2021, PSA Mulhouse sera « en capacité » de produire 400 000 véhicules, a poursuivi Mme Spilios. Cette année, le site prévoit d'en fabriquer 251 000, a indiqué une porte-parole. Les véhicules seront des Peugeot 2008, des Citroën C4, des DS 4 et les premiers exemplaires du DS 7. Le Groupe PSA avait annoncé le 10 octobre l'attribution à Mulhouse d'un nouveau véhicule de grande série à l'horizon 2020-2021. L'investissement est aujourd'hui réalisé « aux deux tiers », a précisé Mme Spilios. Il permettra d'atteindre le nouveau seuil sur une seule ligne et celle-ci sera en mesure de produire jusqu'à « six silhouettes » en même temps, a souligné Régis Tournoux, directeur du montage. Mulhouse devient « l'une des meilleures usines » de PSA et constitue un « bon exemple » d'application du programme « Usine excellente » du constructeur, a déclaré Yann Vincent, directeur industriel du groupe. Dans les ateliers alsaciens, la modernisation prend de nombreuses formes concrètes, a constaté l'AFP (24/10/17) lors d’une visite de presse : rangement automatique de pièces en sortie des presses d'emboutissage ; acheminement de sous-ensembles par de petites véhicules à guidage automatique se déplaçant à la vitesse de la marche à pied ; système de préparation « kitting » qui garantit de mettre la bonne pièce à disposition de l'opérateur au bon moment ; plateaux ergonomiques « skillets » de hauteur variable selon le véhicule à monter et la tâche à accomplir. D’après Mme Spilios, « ces transformations réunissent les meilleurs savoir-faire industriels de PSA » mis au service de « l'amélioration des conditions de travail », en dispensant les salariés de tâches pénibles désormais effectuées par des robots. Elles font aussi gagner en temps et efficacité. Ainsi, la nouvelle mesure de dimensions « sans contact, en 3D, se fait sur 100 % d'une pièce en 20 minutes », alors que la technique précédente « prenait trois heures », sans couvrir toute la pièce, a expliqué Jérôme Filz, responsable d'équipe à l'atelier de ferrage. Le site emploie 6 000 salariés permanents et un millier d'intérimaires.

Partager cet article

Repost0

commentaires