Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 05:47

Excès de chauvinisme ? Quand les firmes hexagonales réussissent, cela ne fait pas de mal de le dire ! Et les arguments ne manquent pas. Ventes au beau fixe, nouveautés qui séduisent, stratégies de conquête dans le premium crédibles : les marques françaises sont bel et bien en forme.

11 raisons d’être fiers des constructeurs français !

Alpine revit

11 raisons d’être fiers des constructeurs français ! Voilà vingt ans que l'on attendait cela, Renault a enfin réussi à le faire ! Alpine est de retour avec une nouvelle Berlinette, qui fait revivre la mythique appellation A110. Il reste encore plusieurs étapes importantes, notamment la mise en place du réseau (19 points de vente prévus en France), mais on touche au but. Les premières livraisons devraient se faire avant la fin de l'année. La maison mère Renault a de quoi être rassurée : l'auto a reçu un très bon accueil lors de sa présentation au Salon de Genève et les carnets de commandes sont déjà bien remplis. Surtout, le groupe tient une bonne base pour développer une marque à la fois sportive et premium qui soit crédible. Un anti Porsche Macan est ainsi dans les cartons.

PSA s'offre Opel

La nouvelle famille PSA.

La nouvelle famille PSA.

C'est l'une des surprises de l'année. Personne ne s'y attendait. D'ici quelques semaines, la marque Opel va quitter General Motors et fera partie d'un groupe français ! Cet achat peut paraître étonnant, pour deux raisons. D'un côté, la firme à l'éclair vend surtout en Europe, où Peugeot et Citroën sont déjà bien présents. De l'autre, c'est une machine à perdre de l'argent. Mais Carlos Tavares n'a pas peur. L'homme qui a su brillamment relancer PSA, qui était très mal en point il y a encore trois ans, saura à coup sûr rendre Opel rentable. L'association permettra notamment de faire de grosses économies d'échelle. Pas question d'ailleurs de perdre du temps : le développement de la prochaine Corsa a été stoppé pour qu'elle adopte des dessous français.

Renault fait partie du premier groupe mondial

Carlos Ghosn vient tout juste d'annoncer que l'Alliance était le premier constructeur mondial sur le 1er semestre 2017. Même lui ne s'attendait sûrement pas à toucher ce but aussi vite. Un résultat qui s'explique par la grande forme des marques qui composent l'Alliance. Le gros des ventes est encore réalisé par Nissan. Mais la partie Renault, qui comprend le Losange, Dacia, Lada et Samsung, a battu un record, avec 1,88 million de véhicules vendus de janvier à juin, en hausse de 10,4 % ! L'Alliance profite tout de même de plusieurs circonstances : ses ventes ont bondi en intégrant Mitsubishi, dont Nissan a pris le contrôle l'année dernière, et General Motors va être « affaibli » par la perte d'Opel, ce qui l'écartera du podium mondial. Reste à se battre avec Toyota et Volkswagen, ce qui n'est pas une mince affaire !

Les nouveautés de PSA cartonnent

La Citroën C3 et le Peugeot 3008.

La Citroën C3 et le Peugeot 3008.

C'est LE carton de l'année. La seconde génération du 3008 rencontre un succès qui dépasse toutes les espérances de Peugeot, qui a d'ailleurs bien du mal à suivre la cadence dans son usine de Sochaux. Depuis son lancement, il y a moins d'un an, 205 000 exemplaires ont été commandés ! Le 3008 multiplie les récompenses, avec notamment la plus prestigieuse au niveau européen, celle de voiture de l'année. Peugeot a aussi le sourire avec le 5008, qui connaît de bons débuts. Du côté de Citroën, après la déception du C4 Cactus, la marque est rassurée par les très bonnes performances de la C3. Depuis son lancement à l'automne 2016, 160 000 exemplaires ont été écoulés ! À n’en pas douter, les chevrons devraient confirmer avec le C3 Aircross.

Renault vend la meilleure des électriques

11 raisons d’être fiers des constructeurs français !

Le Losange a été l'un des premiers constructeurs généralistes à se lancer pleinement dans l'électrique. Si les débuts ont connu des ratés (la Fluence ZE n'a pas fait long feu et le Twizy n'est pas un grand succès), Renault propose actuellement la voiture électrique la plus aboutie, la Zoé. Depuis fin 2016, la citadine est disponible avec une version ZE 40 dont l'autonomie théorique est de 400 km, soit 300 km en conditions réelles, une distance largement suffisante pour une telle auto. Certes, une Tesla va plus loin… mais pour une facture 3 à 4 fois plus élevée. La Zoé est ainsi la voiture électrique la plus vendue en Europe, avec des ventes en hausse au premier semestre de 44 %. Renault ne doit pas se reposer sur ses lauriers. Il doit maintenant penser à élargir la gamme, avec une compacte ou un SUV branché.

Ils sont tous présents en sport de haut niveau

Citroën est revenu en WRC cette année.

Citroën est revenu en WRC cette année.

11 raisons d’être fiers des constructeurs français !

Renault s'est relancé en F1 en 2016.

Alpine en endurance. 

Alpine en endurance.

11 raisons d’être fiers des constructeurs français !

DS en Formule E.

11 raisons d’être fiers des constructeurs français !

Peugeot en rallye-raid.

L'engagement sportif est incontournable pour une grande marque qui cherche une renommée internationale. Les cinq grandes firmes françaises participent toutes à une grande compétition. Citroën a ainsi fait son retour en WRC. Les résultats ne sont pas encore brillants, mais la C3 n'en est qu'à sa première année de vie et a déjà su gagner. Chez Peugeot, c'est le rallye-raid, avec une belle victoire dans la plus importante des courses du genre, le Dakar. Renault a misé sur la Formule 1. Là, le bilan n'est pas encore bon, mais le Losange savait du départ qu'il lui faudrait plusieurs années pour gagner. Il y a déjà du progrès : sur l'ensemble de la saison 2016, il avait récolté 8 points, et en 2017, à mi-parcours, il en a 28 ! Alpine est en endurance, avec au palmarès le titre de champion LMP2 en 2016 et une victoire au Mans cette même année. Enfin, DS et Renault sont en Formule E. DS vient de signer un joli doublé à New York tandis que le Losange se dirige vers un troisième titre constructeur dans cette discipline.

Ils sont les rois des utilitaires

11 raisons d’être fiers des constructeurs français !

Le Fiat Talento, troisième rebadgeage du Trafic !

Nos constructeurs ont un savoir-faire reconnu en matière d'utilitaires légers. La preuve, de nombreuses marques étrangères se tournent vers eux pour rebadger des modèles. L'avantage, c'est que ça booste les usines françaises ! Meilleure illustration : le Renault Trafic, dont un dérivé existe chez Nissan, Opel (partenaire de longue date, mais qui devrait en toute logique se tourner vers PSA par la suite) mais aussi Fiat. Ils sont tous assemblés à Sandouville. Autres exemples : le Toyota ProAce est dérivé des Citroën Jumpy et Peugeot Expert (le tout assemblé dans le Nord) et le Mercedes Citan est un Kangoo relooké fabriqué à Maubeuge.

Ils savent s'internationaliser

La Kwid pourrait devenir l'une des meilleures ventes mondiales de Renault. Succès en Inde, elle arrivera bientôt au Brésil.

La Kwid pourrait devenir l'une des meilleures ventes mondiales de Renault. Succès en Inde, elle arrivera bientôt au Brésil.

Impensable de nos jours d'être un grand constructeur en se cantonnant à l'Europe. PSA était clairement mauvais élève dans le domaine, mais commence à corriger le tir. Au cours du 1er semestre 2017, les ventes en dehors de l'Europe ont représenté 34,4 % des immatriculations totales, contre 32,6 % en 2016. L'évolution est surtout due à Peugeot, avec des ventes hors Europe passées de 32,5 à 41,5 % ! Ceci s'explique grâce à la reprise sur le marché iranien. Pour Renault, la part hors Europe est d'environ 42 %. Le Losange est bien implanté en Amérique du Sud (plus de 180 000 ventes au 1er semestre, le double de PSA), au Maghreb et en Inde, avec le succès de la Kwid. Il faut ajouter aussi la présence en Corée du Sud avec Samsung, qui vend des Renault rebadgées (52 776 ventes au 1er semestre, en hausse de 12,5 %).

DS, porteur d'espoirs dans le haut de gamme

11 raisons d’être fiers des constructeurs français !

Le DS 7 Crossback.

Alors oui, DS est actuellement au fond du gouffre. Moins de 30 000 voitures ont été écoulées au cours du 1er semestre, un score ridicule. On peut dire que la marque aura du mal à faire pire. Surtout, elle prépare activement sa relance avec une nouvelle génération de modèles. Le SUV compact DS 7 Crossback sera dans les concessions en janvier 2018. Et sa présentation a pu rassurer : DS semble avoir les moyens de ses ambitions puisque la dotation technologique est au niveau (vision nocturne, suspensions couplées à une caméra). DS sait qu'il ne deviendra pas l'égal d'Audi en quelques années. Mais il faut bien débuter et on ne peut que l'encourager pour voir enfin la France réussir à nouveau sur le marché du premium.

Ils ne vont pas rater le virage de la voiture autonome

C'est le grand bouleversement du marché automobile attendu au cours de la prochaine décennie. Et nos firmes sont pour l'instant dans un bon timing. Comme la plupart des autres constructeurs généralistes, les français sont en phase active de développement des modèles 100 % autonomes. PSA semble toutefois plus avancé. Nous avons récemment pu monter à bord d'un prototype et le groupe a réussi à faire passer un véhicule à un péage sans intervention humaine. En série, le DS 7 Crossback posera la première pierre de la conduite semi-autonome. Le groupe annonce des fonctions de conduite sans supervision du conducteur pour 2020. Chez Renault, il faudra sûrement attendre la Clio V en 2019 pour avoir un premier pas vers l'automatisation.

Les nouveautés vont se multiplier

La prochaine 508 aura une silhouette inspirée des coupés quatre portes. (Photo AutoEvolution).

La prochaine 508 aura une silhouette inspirée des coupés quatre portes. (Photo AutoEvolution).

Certes, chez Renault, l'année 2018 sera très calme, la marque ayant renouvelé à très grande vitesse sa gamme. Il y aura tout de même la Mégane RS qui va faire battre le cœur des passionnés. Puis une seconde génération de Renault conçues par Laurens van den Acker va être lancée avec la Clio V en 2019. Chez Citroën, l'accent sera mis sur les SUV avec les C3 Aircross et C5 Aircross. Du côté de Peugeot, l'événement sera la nouvelle 508, qui à la vue des premiers prototypes s'annonce des plus prometteuses esthétiquement parlant. Après avoir bousculé le marché des SUV compacts avec le 3008, le Lion pourrait réanimer le segment des familiales. Enfin, DS nous promet un gros lancement par année. Après le DS 7 viendra le tour d'un SUV urbain.

Ce qui va moins bien

Évidemment, nous sommes conscients que tout n'est pas parfait et que les firmes françaises ont encore des progrès à faire dans de nombreux domaines.

- Ça coince en Chine > C'est la crise du côté de PSA, avec des ventes quasiment divisées par deux au premier semestre. Le PDG Carlos Tavares n'a pas caché son mécontentement au printemps. Renault commence à décoller, mais reste un tout petit acteur du marché chinois.

- Se lancer dans l'hybride > Chez PSA, on nous promet l'hybride rechargeable pour 2019. C'est encore loin… d'autant que la marque annonce cette technologie depuis des lustres. Chez Renault, on espère un Kadjar hybride rechargeable pour la fin de la décennie.

- Un produit image chez PSA > Renault ayant maintenant l'Alpine, les regards se tournent vers PSA. Et le groupe est clair : ce n'est pas à l'ordre du jour ! Priorité est donnée aux modèles à fort volume de ventes. Dommage, il manque un vrai produit passion chez DS ou Peugeot.

- La recherche de fiabilité et de qualité chez Renault > L'histoire se répète. Les débuts de l'Espace 5 ont été chaotiques. Le porte-drapeau de la gamme a inauguré une foule de nouveaux équipements mais les bugs se sont multipliés, entraînant de nombreuses campagnes de rappels. La finition n'est aussi pas à niveau sur une bonne partie de la gamme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le SPI/GSEA de Sevelnord - dans informations générales
commenter cet article

commentaires