Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 15:20


Officialisé le 6 mars, le rachat du constructeur allemand par le groupe français remet en cause l’enchevêtrement d’alliances entre les marques automobiles pour la production de véhicules utilitaires.

 


 
Avec le rachat de la marque allemande Opel par PSA, c’est tout un renversement d’alliances qui ­s’annonce dans le monde du véhicule utilitaire. A l’automne prochain, PSA et Opel ­devraient dévoiler une nouvelle fourgonnette réalisée en commun. Baptisée Partner et Berlingo chez Peugeot et ­Citroën, c’est le nom d’Opel Transit qui semble avoir été choisi par la marque ­allemande pour le lancement de cette nouvelle version dans sa gamme.


Une façon de rompre avec le passé, puisque, dans cette ­catégorie de véhicule utilitaire, c’est auprès de Fiat que la marque allemande s’approvisionnait jusqu’ici. L’Opel Combo proposée auparavant était en ­effet livrée par le groupe italien « rebadgée » du logo Opel. Mais ce bouleversement d’alliances ne devrait pas s’arrêter là. Dans le domaine des ­camionnettes, cette fois, tout comme dans celui des fourgons pour des tonnages plus lourds, c’est en effet auprès de Renault que General Motors avait jusqu’ici noué des alliances pour la production de véhicules en commun.

Marques croisées, sociétés communes, coopération à 50-50 ou encore contrats de fabrication, toutes les formules d’alliances industrielles ou commerciales sont utilisées par les constructeurs d’utilitaires pour abaisser leurs coûts. Elles vont du développement et de la production en commun de camionnettes jusqu’à la fourniture complète, pour une marque concurrente, de modèles différenciés par le seul logo de la marque apposé sur la ­calandre et le volant du véhicule.


« Nous avons l’intention de respecter ces contrats et plus nous ­travaillons avec nos pairs, mieux nous nous portons. » Carlos Tavares, président du directoire de PSA


Interrogé sur la poursuite de ses multiples alliances, Carlos Tavares, le président du directoire de PSA, s’est montré pragmatique. « Le rachat d’Opel par PSA n’a pas d’impact aujourd’hui sur les autres coopérations de PSA ou d’Opel, ­notamment celle avec Renault dans les fourgons », a-t-il ainsi déclaré...

LE MONDE | 12.04.2017 à 11h51 | Par Jean-Pierre Lagarde

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le SPI/GSEA de Sevelnord - dans actualité
commenter cet article

commentaires