Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 06:17

Les camions ne pénètrent plus dans l’usine PSA Peugeot Citroën de Poissy : les salariés d’un équipementier du groupe en bloquent l’accès, afin d’obtenir du travail.

GM&S la souterraine

Placé en redressement judiciaire le 2 décembre, GM&S Industry est sous observation jusqu’au 23 mai. Refusant la fatalité, les salariés du fabricant de pièces automobiles basé dans la Creuse, ont décidé de manifester, à nouveau, ce mercredi 19 avril, pour réclamer du travail à Renault et PSA, leurs principaux donneurs d’ordre. Ils étaient déjà venus le 30 mars dernier, notamment à Poissy,  exprimer leur colère et leur désarroi.

Pour les manifestants, la journée a commencé sur les Champs-Élysées. Quelque 150 salariés de GM&S La Souterraine (sur les 283 que compte l’entreprise) se sont mobilisés  successivement devant les show-rooms des deux marques.  Afin de les empêcher de pénétrer chez Renault, la police aurait fait usage de gaz lacrymogène ; à PSA, le rideau de fer avait été baissé, par précaution.

Munis de klaxons et pétards, ils ont ensuite contrarié la circulation sur les Champs-Élysées et autour de l’Arc de triomphe, avant de rejoindre l’usine PSA de Poissy où ils envisagent de rester au moins jusqu’à demain jeudi minimum.

Depuis mercredi après-midi, les manifestants bloquent ainsi les entrées des camions dans l’usine, et la CGT affirme que les sorties sont également contrées. Pour sa part, la direction affirme que la production se poursuit normalement,… même si elle a fait livrer des pièces par hélicoptère, dans l’après-midi, et si elle a requis l’intervention des forces de l’ordre.

Le DRH du groupe a jugé la situation “inacceptable” (…) et susceptible de “remettre en cause la contribution de PSA qui a toujours initié une dynamique positive”. Le groupe affirme être le seul à avoir maintenu son niveau de commandes quand “les autres clients ont sciemment abandonné GM&S”, selon un porte-parole.

Les manifestants réclament des donneurs d’ordre, une augmentation des volumes de commandes à hauteur de 40 M€, contre 15 M€ actuellement, selon la CGT.

Pour le moment, une seule offre de reprise (du groupe GMD) permettrait de garder “entre 90 et 100 personnes”, selon le syndicat. Mais les salariés imaginent que la situation pourrait évoluer si Renault et PSA revoyaient à la hausse la commande de pièces auprès de GM&S La Souterraine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le SPI/GSEA de Sevelnord - dans informations générales
commenter cet article

commentaires