Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 11:33

 

Après deux tentatives infructueuses, PSA Peugeot Citroën devrait signer un accord de coentreprise avec l'entreprise CK Birla pour faire son retour sur le marché automobile en Inde

Après plusieurs tentatives avortées, le groupe PSA Peugeot-Citroën    repart à la conquête du marché indien. Le constructeur français devrait, selon Les Echos, signer un accord de co-entreprise avec le conglomérat indien familial CK Birla, qui fabrique actuellement des modèles Mitsubishi à Chennai, dans le sud du pays.

Depuis plusieurs années, l'Inde est vu comme un Eldorado possible pour les constructeurs automobiles. Ce marché de 2,8 millions de voitures particulières présente un potentiel de croissance prometteur. Le taux de motorisation y est faible, avec 22 véhicules pour 1 000 habitants en 2014, soit 30 fois moins qu'en Europe occidentale.

 

Dès les années 90, PSA avait fait une première tentative avec une 309 assemblée dans le cadre d'un partenariat avec la société indienne PAL. Sept ans plus tard, confronté à un échec, le Français avait abandonné son projet. En 2011, PSA avait annoncé vouloir réaliser un investissement de 650 millions d'euros dans l'Etat du Gujarat (dans l'ouest du pays), afin d'y implanter une usine. Ses difficultés économiques après la crise de 2008 avaient de nouveau contraint PSA à retirer son projet.

 

Cette fois-ci sera peut-être la bonne. Après avoir redressé ses finances, le groupe a annoncé, dans son plan stratégique «Push to pass» d'avril 2016, que la région Inde-Pacifique constituait désormais une cible prioritaire pour accélérer sa croissance. L'objectif était de boucler un partenariat avant 2018 et de lancer les premiers produits avant la fin 2021. Au total, PSA veut augmenter ses ventes dans la région de 50% entre 2015 et 2021. Un pari possible si l'on en croit la réussite de Renault. En 2016, la marque au losange a vendu plus de 105 000 exemplaires de sa Kwid, petit crossover urbain à 3 500 euros. Une performance qui a contribué à faire progresser ses ventes de 145,6 % en un an.

Partager cet article

Repost0

commentaires