Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 11:05

 Musiciens, professionnels du cinéma et du jeu vidéo, experts en sciences humaines… Pour inventer les habitacles de demain, l’automobile fait appel à des profils inattendus. Exemple chez PSA.

A l’ADN, le centre de recherche de Groupe PSA basé à Vélizy en région parisienne, un nouveau service a été créé il y a quelques mois. Il regroupe, sur un seul plateau aux allures de startup, les 200 membres de la «User Experience Cockpit Team» (UXCT). Entendre : l’équipe en charge de l’expérience utilisateur dans l’habitacle. A eux d’inventer les cockpits du futur !

Son des clignotants et des alertes (en cas de non bouclage de la ceinture, d’oubli d’extinction des phares etc), ambiance lumineuse, couleur des fonds d’écran, mais aussi, façon de naviguer dans les programmes interactifs…

Pour tous les constructeurs, ces sujets sont en passe de prendre une importance stratégique. «Le cockpit, c’est l’une des premières choses qui est jugée lorsqu’un nouveau modèle débarque dans la rue», résume Gilles Vidal, le patron du design de la marque Peugeot.

Pour gérer ces thèmes, le groupe PSA fait appel à des profils jusqu’à présent inhabituels dans l’univers automobile. Comme des experts venant de la musique, du cinéma, des jeux vidéo, de la programmation informatique…

Des «sound designers» sont ainsi chargés de traduire les messages que souhaite transmettre le constructeur via ses modèles. Avec la nouvelle C3, Citroën voulait exprimer l’optimisme, l’humanisme, l’intelligence. Résultat : des sons qui évoquent des rythmes de salsa, joués par des instruments acoustiques.

D’autres spécialistes se concentrent sur la lumière. Pour trouver, par exemple, les informations lumineuses ad hoc qui alerteront avec efficacité le futur conducteur d’une voiture semi-autonome qu’il est temps de reprendre la main à la sortie d’un embouteillage. 

D’autres, encore, se penchent sur des aspects «polysensoriels» : quelles fragrances diffuser dans l’habitacle pour installer une ambiance zen, ou au contraire tonique, sur quelles parties du dos le siège massant doit-il agir en priorité et de quelle manière…

De leur côté, les «ergonomes IHS», doivent faire la synthèse et vérifier que «l’interaction homme machine», désormais considérée comme un élément à par entière du design d’un véhicule, est au niveau. L’IHS ? «Il s’agit de tout le système qui permet de dialoguer avec la machine et d’informer le conducteur que cette dernière a bien compris les commandes», explique Saran Diakité Kaba, la responsable de l’UXCT.

Des tests, menés régulièrement en situation réelle de conduite avec des cobayes permettent de vérifier la pertinence des différentes solutions. Les équipes de Vélizy, qui souhaitent développer une approche «globale», s’inspirent aussi des tendances repérées par les correspondants des antennes de l’UXCT à l‘étranger (Chine, Etats-Unis, Amérique Latine). Pour que demain, nous soyons aussi relaxé dans l’habitacle de notre voiture que dans le canapé du salon.

Partager cet article

Repost0

commentaires