Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 10:56

 PSA Peugeot Citroën poursuit activement ses tests de conduite autonome. Autorisé à faire rouler 4 prototypes autonomes dérivés de Citroën C4 Picasso sur route ouverte (sous supervision du conducteur), le groupe a déjà cumulé à ce jour plus de 60.000 kilomètres d'essais sur les voies express d'Europe depuis le début des tests à la mi-2015.

Pour l'instant, PSA travaille surtout sur les différents aspects de la sûreté de fonctionnement des systèmes et la détection de situations potentiellement dangereuses, liées aux infrastructures et aux usagers de la route. Les différentes situations rencontrées ont d'ailleurs déjà permis de faire évoluer les algorithmes de pilotage et d'intelligence embarquée. PSA estime que son système de conduite autonome a ainsi atteint un haut niveau de fiabilité face à toutes les situations.

Au total, 10 véhicules autonomes développés par PSA sont testés en interne ou par les différents partenaires du groupe. De nouvelles demandes d'autorisation sont en cours pour amplifier encore les essais sur route ouverte et s'assurer que le véhicule réagit de manière appropriée dans tous les cas rencontrés.

PSA va désormais engager dans les semaines à venir de nouvelles expérimentations avec des conducteurs non experts avec un degré supérieur d'automatisation du véhicule autonome en mode "Eyes off" (sans supervision du conducteur). Le constructeur entend commercialiser des véhicules équipés de fonctions de conduite autonome sous surveillance du conducteur dès 2018. Dans un premier temps, il s'agirait de situations de conduite dans les embouteillages sur voies rapides ou autoroute, ainsi qu'en manoeuvre de parking. Cette délégation de conduite permettra aussi de sécuriser certaines phases de conduite particulièrement sujettes à l'inattention, et d'éviter ainsi bon nombre d'accidents liés à l'erreur humaine.

Dans une deuxième phase, d'ici 2020, des fonctions de conduite autonome permettraient au conducteur, sur des tronçons adaptés comme des voies express à chaussées séparées, de déléguer entièrement la conduite au véhicule lui-même, sans interaction de sa part. Le véhicule autonome sera alors connecté à l'infrastructure et aux autres véhicules afin d'optimiser le temps de parcours, la consommation de carburant et d'anticiper les événements routiers présentant un risque.

Le véhicule autonome conduit bien sûr à des évolutions sur le partage des responsabilités entre les conducteurs et des discussions sont engagées avec les assurances concernant le traitement des sinistres. Des normes devront également être établies pour quantifier les différents degrés d'autonomie des véhicules.

Partager cet article

Repost0

commentaires